Vivendi pourrait prendre le contrôle d’Ubisoft et de Gameloft

BourseEntrepriseFusions-acquisitions
vivendi-ubisoft
1 3

Vivendi monte progressivement dans le capital des éditeurs français de jeux vidéo Ubisoft et Gameloft. Et n’exclut pas une prise de contrôle.

Vivendi n’exclut pas la possibilité de prendre le contrôle d’Ubisoft et de Gameloft d’ici mi-2016. Le groupe de communication de Vincent Bolloré pourrait envisager d’acheter plus d’actions des deux éditeurs de jeux vidéo.

En quinze jours, Vivendi est progressivement monté à hauteur de 10,39% et 10,20% dans le capital d’Ubisoft et de Gameloft.
Ce qui représente un investissement global de 278,4 millions d’euros. Le premier signal de l’offensive avait été donné le 14 octobre dernier.

Plus significatif : Vivendi est devenu le premier actionnaire d’Ubisoft, devant le fonds Fidelity Investments et la famille Guillemot (à l’origine des sagas Ubisoft et Gameloft).

Selon Les Echos, la famille Guillemot conserve néanmoins plus de poids (pour l’instant) en raison d’un jeu de droits de vote doubles.

Dès le 14 octobre, Ubisoft, présidé par Yves Guillemot, déclarait prendre acte de « cette prise de participation non sollicitée ».

Tout en précisant : « Nous rappelons la volonté du Groupe de rester indépendant, stratégie qui lui a permis, depuis sa création il y a 30 ans, de devenir le troisième éditeur mondial de jeux vidéo ».

Le schéma est similaire du côté de Gameloft présidé par Michel Guillemot : Vivendi devient le troisième actionnaire, derrière les fondateurs (13,67%) et Amber Capital (11,66%).

« Ces achats n’ont pas été spécifiquement conçus comme une étape préparatoire à un projet de prise de contrôle d’Ubisoft et Gameloft« , précise Vivendi de son côté dans une position réactualisée en ce début de semaine. « Néanmoins, sur les six prochains mois, Vivendi ne peut pas écarter la possibilité d’envisager un tel projet. »

La volonté de peser davantage dans la stratégie des éditeurs de jeux (l’un orienté jeux vidéo pour consoles et l’autre tourné vers les jeux sur mobile) est largement suggérée.

Vivendi ne « s’interdit pas d’augmenter sa participation et se réserve la faculté, le moment venu, de demander à être représenté à leur conseil d’administration ».

Propriétaire de Dailymotion, Canal+ et Universal Music, Vivendi à l’ère Bolloré considère que les jeux vidéo font partie de sa stratégie et que des synergies entre les différentes activités du groupe peuvent être générées. Pourquoi pas réunir Ubisoft et Gameloft dans la foulée…

On en saura peut-être davantage avec la publication des résultats financiers du troisième trimestre 2015 du groupe Vivendi attendue le 10 novembre 2015.

On n’en démord pas : vu sous cet angle, c’est vraiment dommage que l’ancienne direction de Vivendi ait cédé le super pôle Activison/Blizzard en 2013…

(Crédit photo : page Facebook Ubisoft)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur