Vivendi Universal s’offre MP3.com

Cloud

Face à l’alliance entre Bertelsmann et Napster, Vivendi Universal annonce le rachat de MP3.com pour 372 millions de dollars (2,788 milliards de francs). Le site de musique en ligne devenu un acteur de premier plan servira de plate-forme de distribution pour les contenus de Vivendi Universal : la musique licenciée par le biais de Duet avec Sony, en attendant l’arrivée de la vidéo.

La somme est rondelette : 372 millions de dollars, soit environ 2,788 milliards de francs. Vivendi Universal vient de proposer à MP3.com de le racheter à 5 dollars l’action et le conseil d’administration de ce dernier a approuvé, tandis que ses actionnaires acceptaient de voter en sa faveur ; reste encore à obtenir l’approbation des instances réglementaires. A ce tarif, Vivendi Universal s’offre les moyens d’affronter Bertelsmann, allié à Napster depuis la fin octobre 1999. MP3.com représente en effet un acteur majeur de la musique en ligne. Créé en novembre 1997 par Mickael Robertson, MP3.com est un site de musique en ligne qui a dû essuyer les poursuites des Majors de l’édition musicale au premier rang desquelles Universal. La maison de disques a en effet persisté devant la justice américaine jusqu’au dernier moment pour finalement signer un accord avec le site. MP3.com a ainsi dû verser pas moins de 54,3 millions de dollars (plus de 400 millions de francs) à Universal et accepter de lui céder une participation (voir édition du 15 novembre 2000).

Le but de Vivendi Universal est très clair : asseoir sa première place sur le marché de l’édition musicale en réussissant sa distribution sur Internet. “L’acquisition de MP3.com constitue un grand pas en avant pour la priorité de Vivendi Universal qui consiste à développer et implémenter une offre agressive, légitime et attractive de notre contenu aux consommateurs”, se félicite Jean-Marie Messier, son PDG, dans un communiqué. “MP3.com constituera une puissance formidable permettant à Vivendi Universal d’atteindre notre but de devenir le leader de la distribution de musique en ligne”, clame-t-il. Lors de l’annonce de la signature d’un partenariat entre Sony et Vivendi Universal pour la création de Duet, plate-forme destinée à licencier leurs contenus en ligne, Jean-Marie Messier avait déjà laissé entendre que MP3.com faisait partie des “partenaires” avec lesquels les discussions étaient “avancées” pour une distribution en ligne (voir édition du 22 février 2001). Lors du Midem fin janvier, le PDG de MP3.com, qui disait “espérer atteindre la rentabilité en 2001”, avait pourtant assuré : “Nous croyons que nous pouvons rester indépendants.” D’après les termes de l’accord signé ce week-end, Mickael Robertson devient maintenant conseiller spécial auprès de Jean-Marie Messier, chargé des questions de distribution numérique.

Une alliance logique

L’annonce de l’alliance entre l’ennemi juré des pirates de la musique sur Internet et un site qui a longtemps flirté avec l’illégalité aurait surpris il y a quelques mois. Aujourd’hui, elle paraît tout à fait logique dans le contexte de concentration actuel. Duet pourra ainsi s’appuyer sur l’audience de MP3.com qui revendiquait 845 000 visiteurs par jour lors du premier trimestre de cette année, tandis qu’il totalise 15 millions de visiteurs uniques pour un peu plus de 30 millions de comptes ouverts. “Forts [d’une] équipe qui n’a rien à envier à celle de Bill Gates, nous sommes persuadés d’atteindre rapidement les 40 millions d’utilisateurs et de parvenir à l’équilibre d’exploitation en 2001”, assure Jean-Marie Messier dans une interview accordée au Figaro. La semaine dernière, MusicNet, la plate-forme concurrente de Duet détenue par BMG, Warner et EMI, semblait marquer des points lors de sa toute première présentation par le PDG de Real Networks partenaire sur le projet (voir édition du 18 mai 2001). Face à elle, on ne connaît rien de Duet, tout juste Edgar Bronfman, vice-président exécutif de Vivendi Universal, a-t-il glissé que le service serait cantonné au streaming avant d’offrir des possibilités de téléchargement.

Même si le gros de l’orage est passé, MP3.com doit toujours faire face à des poursuites en justice. Ainsi, Tom Waits et d’autres musiciens ont récemment déposé plainte contre le site, lui réclamant un total de 40 millions de dollars (environ 300 millions de francs). Interrogé sur cette question, le PDG de Vivendi Universal n’a pas paru s’en émouvoir, indiquant au Figaro qu’il avait l’intention de payer la somme. “Nous avons pris le soin de provisionner dans notre accord toutes les sommes qui sont réclamées par les auteurs et ayants droit à MP3.com”, a-t-il assuré. MP3.com reste sous le coup d’un procès intenté par l’une de ses compagnies d’assurance tandis que dans une autre affaire, un jury l’avait condamné à verser près de 300 000 dollars à TVT Records. Il s’est avéré qu’une erreur de calcul s’était glissée dans le verdict : un zéro avait été omis, il s’agissait en fait de 3 millions de dollars (environ 22,5 millions de francs). L’affaire suit son cours.

De la vidéo sur MP3.com… dans deux ou trois ans

Signalons enfin que Jean-Marie Messier a assuré au Figaro que MP3.com proposerait des films ou de la vidéo sur Internet “dès que cette technique sera commercialisable, soit dans deux ou trois ans”. Vivendi Universal doit là aussi faire face à une concurrence féroce de la part d’AOL Time Warner et Bertelsmann.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur