VMWare partage ses technologies de virtualisation

Mobilité

L’éditeur a ouvert ses sources à des partenaires pour accélérer les développements de ses solutions et créer un standard pour les solutions de virtualisation.

L’éditeur de solutions de virtualisation VMWare vient d’annoncer avoir signé des accords de partenariat avec AMD, BEA Systems, BMC Software, Broadcom, Cisco, Computer Associates, Dell, Emulex, HP, IBM, Intel, Mellanox, Novell, QLogic et Red Hat. Pas moins. Ces acteurs participeront au programme VMware Community Source à travers lequel VMWare va ouvrir l’accès aux sources du code et des interfaces de sa technologie ESX Server. Une technologie que VMWare développe depuis sa création en 1998. Depuis, l’éditeur n’a cesser de prendre du poids sur le marché avant de se faire racheter en 2003 par EMC.

En ouvrant ses sources et en autorisant ses partenaires à modifier la technologie maison, VMWare espère créer une communauté, accélérer les développements de nouvelles solutions et créer un standard en matière de système d’exploitation virtuel pour serveur. Notamment en définissant des formats standards de machine virtuelle afin de faciliter – avec le temps – les inévitables migrations de systèmes et transferts de données. Objectif final : anticiper sur la demande du marché en proposant un standard de la virtualisation avant l’arrivée de Microsoft.

Windows Vistal virtuel

Le géant de Redmond n’a pas caché ses ambitions en la matière et compte multiplier les investissements accordés aux solutions de virtualisation. Ce qui s’est essentiellement traduit dans un premier temps par une plus grande interopérabilité de Virtual Server 2005 apportée avec le SP1 en avril dernier, et l’accès sous licence gratuite (mais pas libre) au format de son disque dur virtuel (Virtual hard disk). Les efforts se poursuivront sur les plates-formes Windows et notamment Vista qui, dès sa sortie attendue en 2006, devrait intégrer la technologie Windows hypervisor. Laquelle permettra à l’OS de faire cohabiter plusieurs systèmes maison ainsi que des environnements hétérogènes. Par ailleurs, Microsoft avait racheté Connectix, un éditeur de logiciels de virtualisation, il y a maintenant deux ans.

Pour les partenaires de VMWare, la collaboration ouverte va leur permettre d’optimiser les technologies de virtualisation pour leur propres produits. Le code source d’ESX Server est protégée par une licence libre leur offrant la possibilité de développer leurs propres solutions qu’ils seront libres de commercialiser ou non, et d’en conserver la propriété intellectuelle. Mais le partage des sources reste encadré par l’accord de partenariat. On est encore loin du modèle open source accessible à tout un chacun.

Evolution naturelle

En s’insérant entre le système d’exploitation et la plate-forme matérielle de l’ordinateur, les technologies de virtualisation (ou machines virtuelles) permettent de créer des espaces virtuels dotés de leurs propres environnements applicatifs. L’exemple le plus évident est la cohabitation simultanée de deux systèmes d’exploitation sur une même machine. Ou, plus simple, de la réplication d’un même système d’exploitation afin de créer deux univers de travail identiques mais indépendants sur un même poste informatique. La virtualisation autorise ainsi l’exploitation d’un unique ordinateur pour effectuer des travaux de développement et des séries de tests en parallèle sans que l’un interfère les résultat de l’autre.

La virtualisation permet ainsi de réduire les coûts d’investissement matériel et de maintenance. Un atout de taille pour les entreprises, notamment celles qui commercialisent ou exploitent des centres de données (data centers) où les environnements hétérogènes foisonnent. Selon le cabinet d’analyse Gartner, la virtualisation s’annonce comme une évolution naturelle des systèmes d’exploitation pour plates-formes X86.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur