VMware poursuit son incursion dans l’univers Chromebook

ChromebookCloudPoste de travailVirtualisation
nvidia-vmware-chromebook

La filiale du groupe EMC associe ses technologies de virtualisation à la solution Nvidia Grid vGPU pour doter les Chromebooks de nouvelles capacités graphiques.

VMware multiplie les points d’entrée dans le monde des Chromebooks.

La filiale du groupe américain EMC avait lancé l’offensive en début d’année à travers un partenariat avec Google autour de l’offre Horizon desktop as a service (DaaS). Depuis lors, les utilisateurs de Chromebooks peuvent accéder, via une application Web, à des bureaux Windows sur protocole VDI (Virtual Desktop Infrastructure) ou RDS (Remote Desktop Services), grâce à la technologie Blast.

Cette composante d’Horizon View, qui gère la virtualisation dans tout navigateur compatible HTML5, est à nouveau mise à contribution. Des jonctions s’établissent avec la solution Nvidia Grid GPU afin de conférer aux Chromebooks une puissance graphique “équivalente à celle des stations de travail”. Comment ? En exploitant, à travers l’hyperviseur vSphere, des GPU distants, localisés dans le data center.

Dans la pratique, la compatibilité se limite aux machines équipées de processeurs Tegra K1 ou K2. C’est le cas du Chromebook 13 d’Acer, annoncé pour un prix d’environ 300 dollars aux Etats-Unis et qui fait tourner, dans la vidéo présentée à l’occasion du VMworld 2014, des applications comme Photoshop, Google Earth, Solidworks, 3D Studio Max (voir ci-dessous).

En désactivant la solution graphique intégrée dans le Chromebook, il est, d’après Nvidia, possible de “prolonger de moitié” l’autonomie de la batterie. Mais le service n’est pour l’heure accessible qu’en version préliminaire, pour les détenteurs d’un compte VMware qui disposent de la dernière bêta (6.0) de VSphere et qui ont déployé la solution de virtualisation des postes de travail Horizon.

La technologie Nvidia Grid trouve là un nouveau cadre d’exploitation dans le monde professionnel après avoir débuté exclusivement, en 2012, dans le jeu vidéo, via le “cloud gaming”. C’est aussi un argument supplémentaire pour les Chromebooks, qui, selon Amit Singh, vice-résident de la division Google Entreprise, peuvent représenter, à productivité égale, “5000 dollars d’économies par rapport à des PC traditionnels” sur l’ensemble de leur cycle de vie.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les matériaux qui composent les produits high-tech ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur