Vmware s’implante en France

Cloud

Cherchant à rationaliser leur infrastructure matérielle, les entreprises s’intéressent de plus en plus à la virtualisation. D’où la décision d’un des spécialistes de ce domaine, l’américain Vmware, de renforcer sa présence en Europe.

Editeur spécialiste de la virtualisation des architectures x86, Vmware vient d’ouvrir un bureau à Paris, qui couvrira, outre le territoire nationale, les pays d’Europe du sud. Après l’Angleterre et l’Allemagne c’est la troisième implantation en Europe de Vmware, racheté début 2004 par le fournisseur d’équipements de stockage EMC. C’est le signe qu’il existe désormais une forte demande de la part des entreprises en matière de vitualisation des serveurs x86. Celle-ci consiste, rappelons-le, à exécuter simultanément plusieurs systèmes d’exploitation (Windows, Linux et NetWare) ou différentes versions d’un même système d’exploitation sur une seule machine d’architecture Intel. Si le besoin de virtualiser les serveurs x86 se fait sentir aujourd’hui ce n’est pas le fruit du hasard, comme l’explique Jacques Heller, responsable des ventes pour l’Europe du sud : “Au cours des années 90, du fait de la baisse du coût du matériel informatique, les entreprises se sont massivement équipées en serveurs. Dans les grandes entreprises on trouve couramment plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de serveurs hétérogènes. Elles sont donc suréquipées. Une des conséquences est que le taux d’utilisation de ces matériels est faible, de l’ordre de 15 à 20% de leur puissance potentielle. En raison de la restriction des budgets informatiques, les années 2000 ont inauguré, à contrario, une période de rationalisation des infrastructures matérielles. D’où le recours aux logiciels de virtualisation qui permettent aux entreprises de consolider plusieurs machines Windows ou Linux sur un seul serveur x86 plus puissant, comme cela se pratique couramment sur les mainframes ou les serveurs Unix. Il en résulte une baisse du coût de l’administration de l’infrastructure matérielle. Dans la plupart des cas, l’entreprise commence à faire des économies dans un délai de trois à six mois, et ceci sans que l’utilisateur final ne ressente la moindre perturbation de la qualité de service.” Vmware a réalisé en 2003 un chiffre d’affaires de 100 millions de dollars, chiffre qu’il prévoit de doubler cette année. Quant au bureau français, l’objectif est, dans le même temps, de multiplier par trois le chiffre d’affaires des pays d’Europe du sud.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur