Taxi autonome : l’Asie prend le volant

Apps mobilesLégislationMobilitéRégulations
coree-sud-voiture-autonome
0 6

Le dynamisme de la voiture connectée sur le marché asiatique s’illustre avec un service de taxis à la demande sur un campus en Corée du Sud.

Un service de transport à la demande avec des taxis autonomes, qu’est-ce que ça donne ?

L’Université de Séoul en fait l’expérimentation sur son campus depuis la mi-2015.

Son centre de recherche sur les « véhicules intelligents », financé par le gouvernement sud-coréen, s’est appuyé sur des berlines Hyundai Genesis truffées de capteurs électroniques (caméras, lasers, GPS…) et associées à une application mobile baptisée « Snuber ».

En l’état actuel, ce mode de transport est réservé aux étudiants atteints de déficiences motrices. Opérationnel sur un périmètre d’environ 4 000 m², il n’est « pas encore prêt » pour une extension dans des environnements plus complexes, selon l’équipe qui porte le projet.

Si leur vitesse est limitée à 30 km/h pour des raisons de sécurité sur le campus (dépourvu, entre autres, de feux tricolores), les voitures sont capables de marquer l’arrêt aux stops et aux passages piétons. Elles gèrent aussi les changements de files.

En un semestre d’exploitation, aucun accident n’a officiellement été répertorié, selon le Daily Mail. La liberté n’est toutefois pas encore totale pour l’usager, qui doit impérativement rester derrière le volant pour reprendre le contrôle en cas de problème.

Les chercheurs de l’université estiment que ces berlines sans conducteur franchiront un palier en matière d’autonomie à l’horizon 2020, en devenant notamment capables de franchir les stations de péage sur les autoroutes.

Il faudra néanmoins attendre 2030 pour voir émerger un service commercial de porte à porte. Des estimations qui coïncident avec l’échéance annoncée par Hyundai pour la mise en circulation.

D’autres initiatives ont été prises sur ce marché en Corée du Sud et plus globalement à l’échelle de l’Asie. Illustration au Japon, où la société Robot Taxi compte entrer en phase opérationnelle d’ici à 2020.

Du côté de Samsung, on a créé, il y a quelques semaines, une équipe indépendante dont les activités se concentreront sur le développement de produits et services destinés au secteur de l’automobile. Elle travaillera en collaboration avec d’autres filiales du groupe, dont celle qui développe semi-conducteurs et solutions d’affichage, mais aussi Samsung SDI (batteries).

Ci-dessous, un aperçu de Snuber en vidéo (via Tech Insider) :

Crédit photo : NorGal – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur