Voiture autonome : Baidu poursuit la start-up d’un ancien employé pour vol de technologie

CloudEntrepriseStart-up
microsoft-baidu-apollo-conduite-autonome

Baidu poursuit en justice JingChi et son ancien employé Tony Wang, qui a fondé cette startup, pour vol de technologie dans le domaine de la conduite autonome.

Baidu a décidé de poursuivre, pour vol de technologies, la start-up de son ancien employé en charge du développement de la conduite autonome.

La firme chinoise réclame 50 millions de yuans (soit l’équivalent de 6,4 millions d’euros) à JingChi et lui demande de cesser d’utiliser les secrets technologiques dérobés. L’affaire est désormais entre les mains de la cour de la propriété intellectuelle de Pékin.

Baidu a développé la plateforme open source Apollo pour les véhicules autonomes et s’est associé pour l’occasion à d’importants constructeurs automobiles, ainsi que des firmes IT.

Apollo inclut un socle de développement pour le matériel automobile et informatique, le logiciel et des services associés d’exploitation de données dans le cloud.

Annoncée fin avril, la plateforme dénombre une cinquantaine de partenaires automobiles et technologiques tels que Microsoft, Ford, Daimler, Nvidia, Intel, Delphi, Continental, Bosch ou TomTom. Elle compte aussi des acteurs chinois du secteur de l’automobile, comme Chery Automobile, BAIC Motor, FAW Group Corp, Chongqing Changan Automobile et Great Wall Motor (seule société ne disposant pas de lien direct avec l’État chinois).

L’affaire n’est pas sans rappeler celle qui oppose Waymo (filiale d’Alphabet) à Uber.

C’est en effet également un ancien employé de Baidu – le dénommé Tony Wang – qui est taxé d’avoir dérobé des secrets technologiques afin de monter sa propre start-up et de les exploiter.

Baidu progresse dans le domaine de la conduite autonome. À la mi-novembre, le groupe chinois a annoncé que ses minibus autoguidés entreront en service à la fin du mois de juillet en coopération avec le constructeur automobile chinois Xiamen King Long United Automotive Industry.

De son côté, JingChi a indiqué que sa première flotte de 50 taxis autonomes prendrait la route dans la province de l’Anhui, en Chine orientale, d’ici à mars prochain. La start-up avait aussi obtenu une licence pour tester des véhicules autonomes sur les routes publiques de Californie en juin dernier. En septembre, JingChi a recueilli 52 millions de dollars de financement.

(Crédit photo : @Baidu)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur