Voix sur IP : Il y a de la friture entre Skype et Fring

CloudRéseauxVoIP

Rien ne va plus entre Fring et Skype. Le premier accuse Skype de pratiques anti-concurrentielles et le second argue d’une violation des conditions d’utilisation de son API.

Mauvaise surprise pour les utilisateurs de Fring, ce logiciel de voix sur IP compatible avec différents protocoles de communication.

Après quatre années d’interconnexion avec Skype, ce dernier a décidé d”y mettre un terme.

Fring a notamment été contraint de réduire sa prise en charge de Skype lors de sa dernière mise à jour malgré la demande de ses utilisateurs pour passer des appels vers le service concurrent.

Dans une note postée sur le blog de la société, un porte-parole de Fring explique que la “fin de l’interconnexion avec Skype fait suite à des menaces en justice” et affirme que “Skype refuse d’autoriser à nouveau Fring.”

La société éditrice considère que cette action est une “pratique anti-concurrentielle sauvage” de la part de Skype.

“C’est pas moi, c’est l’autre”

Au petit jeu que se livrent les deux sociétés, difficile de démêler le vrai du faux.

Sur son blog officiel, Skype apporte des explications pour justifier sa position de fermeté.

“Fring s’est appuyé sur Skype mais il n’a pas été conçu pour être utilisé avec lui et d’une manière qui est en violation des termes d’utilisation de l’API de Skype et End User License Agreement”, précise le pionnier des logiciels de téléphonie sur Internet. “Nous avons parlé avec Fring pendant un certain temps pour essayer de résoudre ce problème à l’amiable.”

Mais les frictions demeurent visiblement. “Au fil du temps, Fring fait un mauvais usage de nos logiciels ce qui est de plus en plus néfaste pour notre marque et la réputation envers nos clients”, affirme Skype.

“Vendredi dernier, par exemple, Fring a retiré son support des appels vidéo sur Skype à iOS 4 sans avertissement, ce qui nuit à nouveau à notre marque et s’avère décevant pour nos clients qui ont des attentes élevées en utilisant Skype”.

Tout cela a un goût de concurrence raffermie…