VTC : General Motors tente l’aventure Uber sans oublier Lyft

Mobilité
uber-general-motors
4 1

General Motors noue, avec Uber, un partenariat similaire à celui mis en place avec Lyft pour permettre aux chauffeurs VTC de louer des véhicules.

Malgré un investissement de 500 millions de dollars dans Lyft, General Motors ne s’interdit pas de négocier des partenariats avec des acteurs concurrents sur le marché VTC.

Sa branche Maven, qui a émergé en début d’année pour piloter la stratégie de location de véhicules, s’associe à Uber dans le cadre d’une expérimentation de 90 jours à San Francisco.

Les chauffeurs affiliés à Uber pourront louer un véhicule auprès de GM pour 179 dollars HT par semaine, assurance incluse et avec la possibilité d’en avoir un usage personnel, sans frais supplémentaires.

Les véhicules en question sont des modèles Cruze, Trax et Malibu signés Chevrolet.

La marque, passée il y a près d’un siècle dans le giron de General Motors, est aussi sollicitée à travers un programme similaire monté avec Lyft : Express Drive, lancé au mois de mars à Chicago avec des SUV Equinox et étendu depuis lors à une dizaine de villes aux États-Unis, dont Boston, Denver, Las Vegas et Los Angeles.

La cible commerciale est la même que pour Uber : les chauffeurs VTC qui souhaitent louer des véhicules sur de courtes durées (8 semaines maximum). Les modalités sont, en revanche, quelque peu différentes, entre autres de par la dispense du coût de location hebdomadaire – à partir de 99 dollars – pour les conducteurs qui font au moins 65 trajets dans la semaine.

Du côté de Lyft, on ne s’alarme pas : une porte-parole confie à Recode que ce genre de démarche est « dans la normalité des choses » et précise que la société travaille déjà avec d’autres loueurs comme Hertz.

On soulignera qu’outre General Motors, Ford, Daimler ou encore Toyota ont intégré, dans leur approche du marché, la dimension des services… et réalisé des investissements en conséquence, en anticipation d’une baisse des ventes d’automobiles. Un phénomène qui pourrait s’accélérer avec la commercialisation des technologies de conduite autonome.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur