VTC : la suppression de la formation des chauffeurs attise la colère

JuridiqueLégislationRégulations
VTC
9 6

Un décret du gouvernement voudrait supprimer la formation obligatoire de 250h pour les chauffeurs de VTC. Indignation de ces derniers… et des taxis.

Pour certains, plus ça va vite, mieux c’est…  Après avoir manifesté, la semaine dernière, aux abords des aéroports de Roissy et Orly pour protester contre la baisse des tarifs voulue par certains spécialistes du secteur du VTC, comme Uber, les chauffeurs associés, par la voie de certaines de leurs associations, s’inquiètent d’une future décision du gouvernement, destinée à faciliter l’accès à la profession.

Comment ? En supprimant notamment  la formation initiale des chauffeurs de véhicule de tourisme (VTC) comprenant un stage d’une durée de 250 heures minimum, sauf  s’ils peuvent justifier d’une expérience professionnelle dans le secteur de transport de personnes d’au moins un an. Un simple QCM  de 50 questions serait alors exigé, lors d’un examen d’une heure et demie.

Selon les informations relayées par les syndicats des chauffeurs de VTC, cette disposition devrait entrer en vigueur le 1er janvier prochain.

Le stage de 250 heures avait été acté en octobre 2013 par le gouvernement,  pour calmer la colère des taxis, inquiets d’une éventuelle concurrence déloyale des chauffeurs VTC.

Le futur décret du gouvernement scandalise aujourd’hui les chauffeurs « made in Uber » et les taxis professionnels : « Si cet arrêté est signé, attendons-nous à une marée extraordinaire de chauffeurs VTC non qualifiés (selon les standards actuels) qui fourniront aux éditeurs d’application une main d’oeuvre illimitée avec un turnover inépuisable de chauffeurs prêts à travailler à perte ! », s’insurge Cédric Savary, co-président de la FFEVTC (Fédération Française des VTC et Exploitants de Voiture de Transport).

 

Crédit image : Minerva Studio – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur