Le W3C veut évaluer les performances des sites Web

Mobilité

Sous la houlette de Google et Microsoft, le W3C sera bientôt prêt à installer un nouveau standard, le Navigation Timing, permettant de mesurer les performances des applications et pages Web.

Améliorer les performances des sites Web, ce n’est pas seulement le cheval de bataille de Google, mais aussi celui de Microsoft.

Les deux firmes ont ainsi poussé le W3C à mettre en place le Web Performance Working Group, qu’elles coprésident. L’objectif est de fournir des méthodes permettant d’évaluer les performances des applications et pages Web, note Silicon.fr.

Ce groupe de travail a avancé avec une grande célérité. En effet, en seulement six mois, il a su parcourir le chemin menant des bases d’un premier projet à la mise en place d’un standard Web quasi achevé (Candidate Recommendation). La spécification Navigation Timing pourrait ainsi être finalisée d’ici peu, le consensus ayant été rapidement trouvé parmi les personnes chargées de la mettre au point.

Elle offre de mesurer le temps de chargement d’une page Web. Chaque étape de ce processus est prise en compte : lancement de l’action par l’utilisateur, envoi de la requête au serveur, réponse de ce dernier, transmission des données et chargement des divers éléments.

Cette spécification sera également capable de détecter quelle méthode a été utilisée pour déclencher le chargement d’une page (saisie d’une adresse, utilisation des boutons d’historique, rafraîchissement manuel de la page). Un outil précieux pour les webmasters.

À ce jour, Internet Explorer 9 et Chrome 10 sont les seuls navigateurs à implémenter ces outils. Firefox, Opera et Safari proposent toutefois des fonctionnalités proches, qui pourraient être adaptées afin de devenir compatibles avec ce nouveau standard.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur