Wanadoo lance son offre de voix sur IP

Cloud

Le premier fournisseur d’accès français aborde la téléphonie sur Internet et propose de nouveaux services de communications.

Le fournisseur d’accès Wanadoo innove avec le lancement d’un service de téléphonie sur IP et l’enrichissement de son offre ADSL. Comme nous l’évoquions précédemment (voir édition du 3 juin 2004), un forfait à 2 Mbit/s sera lancé le 21 juin prochain et devrait être proposé à 39,90 euros pour 24 mois d’engagement et 44,90 pour 12 mois. Une nouvelle grille tarifaire devrait être mise en place autour du 20 août 2004 : les offres à 2 Mbit/s, 1 Mbit/s, 512 Kbit/s et 128 Kbit/s seraient proposées respectivement à 35, 30, 25 et 15 euros. “Ce sont des tarifs indicatifs”, a prévenu Thierry Breton, le président de l’opérateur historique, qui attend le feu vert de l’Autorité de régulation des télécoms (ART) pour les valider. France Télécom annonce couvrir 86 % de la population française en haut débit et prévoit d’atteindre les 90 % avant la fin de l’année.

Avec la voix sur IP, Wanadoo aborde un nouveau domaine, celui de la téléphonie, qui plus est sur Internet (les conversations des clients ne transitent plus par le réseau commuté de l’opérateur mais par Internet sous forme de paquets de données numérisées, avec les risques inhérents de dégradation de la qualité). Un domaine auquel la concurrence s’est attaquée depuis plusieurs mois déjà à l’instar de Free (voir notamment édition du 18 mars 2004) et Neuf Télécom (voir édition du 30 septembre 2003). Tiscali annoncera très prochainement son offre et Cegetel devrait y venir à l’automne.

La Gateway, “passerelle numérique” de Wanadoo

Hélas pour les abonnés, ce nouveau service sera facturé en plus de leur abonnement. Dès le 15 juin 2004, une offre à 5 euros par mois permettra de téléphoner, en local comme en national, vers les postes fixes de manière illimitée, quels que soient l’heure et le jour, pour 0,13 euro par appel. L’offre évoluera en août vers un abonnement à 10 euros par mois la première année (20 euros ensuite) qui comprendra toutes les communications. L’abonné se verra attribuer un nouveau numéro de téléphone du type 08 7x. Il faudra, pour en bénéficier, disposer d’un accès ADSL 512 Kbit/s au minimum. Et s’équiper d’une “passerelle domestique” que Wanadoo a baptisée Gateway.

A la différence de ses concurrents, la Gateway intégrera par défaut les technologies de communication les plus récentes : Wi-Fi natif en 802.11g (54 Mbit/s théoriques), Bluetooth, deux ports USB, deux ports Ethernet (RJ45), une prise téléphonique (RJ11), un modem ADSL et un routeur. Le tout dans un look à faire pâlir les designers d’Apple. Proposée à la vente entre 100 et 150 euros (le prix reste à définir) ou à la location pour 3 euros par mois, la Gateway permettra de relier téléphones, ordinateurs, périphériques mobiles type PDA (Bluetooth ou Wi-Fi), décodeurs numériques pour la réception de la télévision par ADSL (TPS L et bientôt CanalSatDSL), etc.

Une offre peu concurrentielle

Au final, les innovations de France Télécom/Wanadoo alourdiront sensiblement la facture. Au forfait ADSL 512 Kbit/s qui devrait passer à 25 euros en août, il faudra ajouter 5 ou 10 euros (la première année) pour la téléphonie sur IP et les 3 euros de la Gateway. On arrive donc dans une estimation basse à 33 euros, coût des communications non compris, ou 38 euros sans coût téléphonique la première année puis 48 euros les suivantes. Sans compter l’abonnement à 13 euros par mois. Un tarif exorbitant face aux offres concurrentes totalement dégroupées proposées autour de 30 euros, abonnement France Télécom compris (voir notamment édition du 6 mai 2004). Lot de consolation : les abonnés Wanadoo équipés de la Gateway pourront s’appeler gratuitement entre eux. Malgré tout, le FAI espère séduire 100 000 clients d’ici la fin de l’année avec sa nouvelle offre IP.

France Télécom maintient sa position de leader mais, bien qu’il s’en défende, n’en suit pas moins les innovations de la concurrence. Timidement car on attend encore une offre forfaitaire unique comme le propose avec simplicité la concurrence. Il est vrai que ce modèle économique n’a pas encore prouvé sa pertinence et n’intéresse probablement pas l’opérateur. Sur ses 24 millions de clients téléphoniques, une minorité s’implique dans l’Internet. A fin décembre 2003, Wanadoo comptait 4,5 millions de clients en France (plus de 9 millions en Europe) dont 1,7 million en ADSL. Une paille pour l’opérateur historique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur