Watson : IBM joue vraiment au docteur

Big dataBusiness intelligenceCloudData-stockage
ibm-sante-talkspace

La santé s’impose comme l’un des secteurs les plus porteurs pour Watson, du nom de cette technologie de supercalculateur développée par IBM.

Un accord avec Genesys pour optimiser la relation client, un rapprochement avec le gouvernement américain pour le suivi clinique des Anciens Combattants, un partenariat avec Bon Appétit pour inventer des recettes de cuisine : IBM multiplie les exploitations commerciales pour sa technologie Watson.

Les capacités analytiques de ce supercalculateur sont surtout mises à profit dans le domaine de la santé. Principal objectif : dépasser l’agrégation massive de données (anonymisées) dans le cloud et leur analyse en y introduisant une dimension prédictive qui puisse s’adapter à chaque individu et répondre à des questions de type « Comment diminuer le risque de maladie cardio-vasculaire ? ».

Cette activité est confiée à l’entité Watson Health, récemment créée à Boston avec un effectif d’environ 2000 employés, dont près d’une centaine issus du secteur médical. Elle s’appuie sur les technologies de deux sociétés tombées dans le giron d’IBM : Explorys (solutions d’analytique liées à une base de 50 millions de fichiers médicaux) et Phytel (accompagnement des médecins et des patients après une intervention).

La conférence World of Watson, organisée la semaine passée à New York, aura été l’occasion de revenir sur les dernières applications du super-ordinateur de Big Blue dans le secteur de la santé. En tête de liste figure ce partenariat avec la start-up Talkspace, qui exploite, depuis 2012, une plate-forme Web et mobile – sur iOS – pour la mise en relation, par messagerie privée, de praticiens et de patients souffrant de troubles mentaux.

Les jonctions établies avec Watson via l’API Personality Insights vont permettre d’analyser ces communications privées et de suggérer aux internautes les professionnels qui répondront le mieux à leurs demandes.

En décortiquant des éléments de langage traduisant des traits de caractère ou encore un niveau de stress, le supercalculateur prendra lui-même des décisions cliniques et assurera le suivi d’un patient sur l’ensemble d’une thérapie. C’est tout du moins l’objectif d’IBM, qui compte créer, à terme, un système autodidacte grâce à l’interprétation du langage naturel.

Parmi les autres partenariats annoncées dans le cadre de World of Watson, on notera cette alliance avec Decibel et son application MusicGeek, qui identifie les tendances musicales sur le Web et les réseaux sociaux ; ou avec Go Moment, dont l’application Rev1 aide le personnel d’accueil en hôtellerie à répondre aux questions des clients.

Crédit photo : agsandrew – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur