Le Web 2.0 s’implique dans le droit à l’oubli sur Internet

Mobilité

NKM vient de faire signer une charte sur le droit à l’oubli sur Internet à des représentants de blogs, réseaux sociaux et moteurs de recherche. L’absence de Google et de Facebook a été remarquée…

La notion de droit à l’oubli sur Internet revient sur le devant de la scène.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la Secrétaire d’Etat en charge de l’Economie numérique, a réuni ce 13 octobre des représentants des réseaux sociaux, blogs et moteurs de recherche (Benchmark Groupe, Pagesjaunes, Skyrock, Trombi.com, Viadeo, Microsoft France (MSN, Windows live, Bing) ainsi que des associations familiales et de protection de l’enfance* pour la signature d’une charte sur l’oubli numérique, permettant à tout internaute de contrôler ses données personnelles sur Internet.

A noter l’absence (remarquée) de mastodontes du Web, comme Google, Yahoo ou encore Facebook…

Fin septembre NKM avait déjà mis en place une charte sur ce thème portant sur la publicité ciblée qu’ont signé dix associations professionnelles.

Nathalie Kosciusko-Morizet souhaite en effet instaurer une série de “bonnes pratiques” de la part des professionnels de l’Internet afin de mieux protéger les internautes.

Ces acteurs de l’Internet s’engagent ainsi à mettre en place un “bureau des réclamations” virtuel pour faciliter la suppression d’un compte. Les moteurs de recherche, eux, s’engagent à ne plus référencer des données et informations ayant fait l’objet d’une demande de suppression ou figurant dans des “espaces personnels” réservés.

Ces deux chartes font ainsi suite à  la consultation publique sur le droit à l’oubli organisée par NKM jusqu’en mai dernier.

Après l’établissement de ces deux chartes liées au droit à l’oubli des internautes, la secrétaire d’Etat a atteint les  principaux objectifs qu’elle s’était fixées, comme l’amélioration de l’information en direction du public et sa connaissance des risques.

La mobilisation des acteurs du monde de l’Internet  autour de la mise en place de bonnes pratiques et d’outils nécessaires à une protection efficace de la vie privée semble aussi faire effet, du moins, en théorie pour l’instant.

Reste maintenant à NKM à rassembler de nouveaux signataires et à porter ces règles sur le droit à l’oubli aux niveaux européen et international…

*Action Innocence, CNAFC Confédération nationale des associations familiales catholiques, E-Enfance, UNAF Union nationale des associations familiales


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur