Wengo déploie une extension du Wengophone pour Firefox

Cloud

Le service de voix sur IP, rattaché à Neuf Cegetel, s’appuie sur le navigateur Mozilla pour accélérer son expansion à l’international.

Moins de trois semaines auront été nécessaires à Wengo pour finaliser l’extension de son logiciel de communication Wengophone pour Firefox. Présenté le mois dernier (voir édition du 24 janvier 2006), le module en question offre la téléphonie et la messagerie instantanée à travers le navigateur vedette de la Fondation Mozilla. Il autorise ainsi le “click and dial”, autrement dit la possibilité de lancer une communication d’un simple clic de souris à partir du navigateur, après avoir vérifié la disponibilité en ligne du correspondant.

Après la Wenbox (le boîtier qui permet d’utiliser un téléphone, notamment DECT, pour les communications sur Internet) et le Wengophone (le logiciel qui permet de téléphoner de son ordinateur), la filiale du groupe Neuf Cegetel multiplie les développements de son service ouvert il y a moins d’un an.

A travers l’extension Firefox, “l’idée est de pouvoir gérer ses communications à partir d’une seule application”, explique David Bitton, directeur général de Wengo. La prochaine étape passera par le développement d’un module similaire pour Thunderbird, le client de courrier électronique de Mozilla. “Cela permettra de gérer une seule liste de contacts pour téléphoner, envoyer des e-mail, de faire du chat et de la visiophonie”, soutient le dirigeant. Le module Wengophone pour Thunderbird est programmé pour le mois d’avril.

Interopérabilité en vue

Dès mars, Wengo compte rendre son application interopérable avec les réseaux de messagerie instantanée de MSN, Yahoo, AIM (AOL) et Google (GoogleTalk). Le service de Wengo offrira notamment la communication avec de multiples correspondants simultanément. A la manière de l’application libre Gaim, dont Wengo s’inspire. “Notre métier est de prendre le meilleur du libre et le rendre accessible au plus grand nombre en toute transparence”, avance le porte-parole.

Seule contrainte, il faudra posséder un compte dans chacun des réseaux de messagerie en question. De plus, seule la messagerie instantanée sera autorisée. Pas la voix. “Pour le moment, les éditeurs ne semblent pas vouloir autoriser leurs utilisateurs à pouvoir appeler vers les réseaux extérieurs”, analyse David Bitton, “mais le choix du protocole SIP chez Yahoo et MSN notamment, montre des avancées en ce sens.” Le jour de l’interopérabilité totale indépendamment de l’application utilisée n’est peut-être pas si loin.

Développement international

En attendant, Wengo se développe. Notamment à travers le recrutement de ses utilisateurs. De 320 000 inscrits en janvier, la start-up française est passée à plus de 550 000 aujourd’hui. Et espère bien dépasser les 4 millions prévisionnels avant la fin de l’année. “Je pense qu’il faut qu’on fasse plus que cela”, lance David Bitton. Un développement qui passe par l’international qui, aujourd’hui, compte pour 80 % des utilisateurs.

“Nous ciblons l’Europe de l’Est, l’Asie et l’Amérique du Sud”, dévoile le dirigeant, “des pays qui ont besoin de téléphonie économique.” De par un réseau de téléphonie très développé et peu onéreux, le marché nord-américain (à l’exception du Canada, deuxième zone de recrutement) intéresse moins Wengo qui préfère notamment se concentrer sur l’immense marché chinois. “Nous avons une personne à Taiwan qui localise l’application pour la Chine.” D’autre part, Wengo revendique les tarifs les plus bas du marché avec, notamment, des coûts de communication à 1 centime d’euro la minute vers de nombreuses destinations et sans frais cachés.

Refonte des sites web

L’extension pour Firefox, navigateur localisé dans une petite quarantaine de langues dont le chinois, devrait clairement aider Wengo dans son développement international. Tout comme la refonte des sites Internet de la société (Wengo.fr et OpenWengo.org) auxquels s’ajoute Wengo.com (en anglais) “qui prépare l’arrivée des sites des autres langues”, annonce David Bitton.

Disponible sur Wengo.fr (et .com), l’extension Wengophone n’était pas encore présente sur Firefox Add-ons, le site de diffusion des extensions pour le navigateur. “Nous ne l’avons pas encore posté, ce sera fait la semaine prochaine”, promet le dirigeant. Tout comme la version pour Linux, retardée par des vérifications de dernière minute sur la compatibilité des cartes son et prévue “dans les heures qui viennent”. En attendant, les utilisateurs de Windows (2000 et XP) et Mac OS X peuvent d’ores et déjà apprécier (ou non) le Wengophone sous Firefox.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur