WeSave : une dose de FinTech dans la gestion de patrimoine

EntrepriseStart-up
wesave
3 16

Avec la plate-forme WeSave, Anatec fait le pari d’une gestion de patrimoine intégralement digitalisée. Premier produit : une assurance-vie.

Réinventer la gestion de patrimoine à travers une offre 100 % digitale : c’est le pari fait par Anatec.

La société de courtage parisienne fondée en 2010 lançait, ce mardi 19 avril, sa plate-forme WeSave, positionnée au croisement de l’épargne traditionnelle et la FinTech.

L’approche n’est pas fondée sur le rendement des placements, mais sur des objectifs et des projets d’épargne de type préparation de retraite, constitution d’un apport pour l’acquisition d’un bien immobilier ou planification de l’avenir des enfants.

Les épargnants les plus autonomes peuvent effectuer l’intégralité de leurs démarches en ligne, jusqu’à la signature électronique, tout en bénéficiant, par chat, vidéo ou rappels automatiques, d’un accompagnement sur mesure par des conseillers en gestion d’actifs et de patrimoine – mais il est également possible d’obtenir un rendez-vous pour valider un projet d’épargne.

Le premier produit mis à disposition sur wesave.fr est plutôt orienté haut de gamme, à destination d’investisseurs acceptant de prendre des risques sur les placements. Il s’agit d’un contrat d’assurance-vie individuel accessible à partir de 10 000 euros et baptisé WeSave Patrimoine (pour davantage de détails, on consultera le tour d’horizon effectué par France Transactions).

La gestion administrative sur une centaine d’unités de compte (principalement des fonds indiciels) est déléguée à SurAvenir, qui perçoit à ce titre une commission de 0,6 % par an. WeSave se rémunère sur le mandat d’arbitrage et le conseil patrimonial, à hauteur de 0,7 %.

Parmi les prochains placements à faire leur entrée, on devrait trouver un PERP, ainsi qu’un second contrat d’assurance-vie avec un partenaire luxembourgeois.

À la fois Conseiller en investissement financier (CIF) et intermédiaire d’assurance, Anatec est soutenu par le Crédit Agricole, devenu « actionnaire de référence » par le biais de sa filiale Amundi.

Son objectif* : atteindre, à l’horizon 2020, les 20 000 clients avec un encours moyen de 50 000 euros, tout en diversifiant son catalogue de produits et services dans l’épargne financière. Y compris via des partenariats avec d’autres assureurs.

En l’état actuel, une quinzaine de personnes travaillent sur WeSave, en comptant les experts en gestion associés à une équipe d’ingénieurs et de data scientists. Zakaria Laguel (28 ans, ingénieur en mathématiques appliquées, finance et informatique) assure la fonction de directeur général ; son associé Jonathan Herscovici, 30 ans et membre du comité de direction de France Fintech, occupe la présidence.

* WeSave s’appuie sur une étude menée avec Le Monde et Les Échos selon laquelle la part du marché Internet dans la collecte brute globale en assurance-vie et en capitalisation devrait passer de 3 % en 2015 à 6,6 % en 2020, représentant 12 millions d’euros à cette échéance.

Crédit photo : love work 51 – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur