Wikipédia durcit ses règles de publication

Mobilité

Une phase de validation des contributions récentes est instaurée. Un système à l’essai mais il provoque quelques grincements de dents.

En qualité de portail encyclopédique communautaire qui bénéficie d’une grande popularité et d’un trafic non négligeable (13,8 millions de visiteurs uniques rien qu’en France en novembre 2008, selon Mediamétrie//NetRatings), Wikipedia n’est pas à l’abri d’erreurs voire de manipulations.

Ainsi, la semaine dernière, à l’occasion de l’investiture de Barack Obama, de fausses informations ont été déposées à propos du décès de deux sénateurs américains qui avaient fait un malaise pendant la cérémonie.

L’un des sénateurs en question est Ted Kennedy, un des frères du célèbre Président assassiné JFK. “Kennedy s’est effondré à l’occasion du déjeuner suivant le discours de Barack Obama le 20 janvier 2009. Il a été escorté en chaise roulante et est décédé peu après”, pouvait-on lire sur Wikipédia après l’incident.

Même si la contribution a été rectifiée quelques minutes plus tard, le mal était fait. Ce qui a incité l’encyclopédie en ligne à durcir les règles de publication de ses articles.

Seuls les utilisateurs “fiables”, c’est-à-dire ayant déjà contribué positivement à l’enrichissement du contenu de Wikipédia, pourront éditer le contenu directement. Les autres internautes pourront aussi contribuer au site, sous réserve d’approbation du contenu par ces utilisateurs plus chevronnés.

Les membres fiables et connectés sous leur nom d’utilisateur peuvent voir un article sous Wikipédia avec les modifications apportées par tous types d’utilisateurs. Mais à charge pour eux de valider les contenus. Quant aux utilisateurs non connectés, ils auront accès au contenu déjà validé mais seront privés des contributions récentes non approuvées.

“Arrêtez d’agir en dictateur”

“Le système est pour l’instant à l’essai et ne s’applique qu’aux articles biographiques de gens encore en vie, ça ne concerne donc pas l’ensemble des articles”, souligne Brianna Laughter, la présidente de Wikipédia.

La décision de Wikipédia a toutefois provoqué un tollé au sein de la “communauté des Wikipédians”, qui s’indigne contre une mesure qui va à l’encontre des principes d’ouverture, de transparence et d’absence de contrôle du site.

“Cela revient à donner à des éditeurs un certain contrôle sur ce qui est écrit, sans que cela les protège de faire eux-mêmes des erreurs”, avance l’un des administrateurs du site Andrew Owens. Celui-ci évoque une certaine censure de certaines entrées, “juste parce que leurs auteurs ne sont pas membres de Wikipédia depuis suffisamment longtemps.”

Mais les réactions étaient moins feutrées en réaction au post de Jimmy Wales, le fondateur de l’encyclopédie. Ce dernier est en effet en faveur d’un contrôle d’un tel processus de validation, même si il avoue que cela rendra le site moins dynamique et réactif.

“Arrêtez d’agir en dictateur”, était l’intitulé de l’une des réponses au post du mastermind de Wikipédia. Jimmy Wales a donc suggéré aux utilisateurs mécontents de proposer mieux d’ici une semaine. “Après quoi les meilleures propositions seront choisies par vote (…) Crier et s’insulter ne sert à rien et je pense qu’on peut arriver à trouver un compromis ensemble.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur