WiMax : Bolloré Telecom pourrait être rappelé à l’ordre par l’ARCEP

4GCloudMobilité

Selon EuroTMT, l’Arcep pourrait sanctionner Bolloré Telecom, censé exploiter 22 licences d’exploitation WiMax. Le fournisseur d’accès accuse un retard considérable dans la mise en place de son réseau Internet sans fil alternatif.

Bolloré Telecom pourrait se voir destitué, sur l’ensemble du territoire français, des licences WiMAX dont il a fait l’acquisition entre 2006 et 2010.

L’ARCEP, qui examine le cas de l’opérateur depuis juillet, pourrait ordonner une mise en demeure pour manquement au respect de ses engagements.

C’est la lettre d’information EuroTMT qui a mis le feux aux poudres.

Dans ses grandes lignes, la filiale télécoms du groupe Bolloré suggère l’imminence d’une sanction dans les faits, faute d’avoir honoré ses engagements dans le cadre du déploiement du WiMax.

Face à la prédominance du standard Wi-Fi, le groupe français se revendiquait pourtant acteur de la généralisation de cette technologie alternative, régie par les normes IEEE 802.16 et proposée sur la bande d’ondes radio à 3,5 GHz.

L’année 2006 avait d’ailleurs marqué ses premières escarmouches dans le domaine.

Bolloré Telecom avait alors fait l’acquisition de licences d’exploitation dans 12 régions de la métropole, pour la bagatelle de 78 millions d’euros.

Une couverture étendue en 2008 à plus de 90% du territoire, avec le rachat à TDF de huit autres licences.

Seules manquaient à l’appel l’Alsace et la Bourgogne, négociées auprès d’Altitude Telecom et rattachées au portfolio en 2010.

Bolloré Telecom s’était alors engagé à investir un milliard d’euros pour accélérer le déploiement de ses infrastructures dans l’Hexagone.

Mais les émetteurs, qui devaient se compter par milliers à l’horizon 2011, ne sont guère que 200 à l’heure actuelle.

L’Arcep pourrait ainsi infliger à  une sévère punition pour manquement à ses engagements. Et le priver de ses 22 licences qu’il a récupérées progressivement au niveau national.

Les deux parties concernées ne font pas de commentaires.

Sur son site Internet, Bolloré Telecom se présente comme un opérateur télécom national en 3,5 GHz.

“Les 30 MHz de spectre dont il dispose lui permettront d’offrir un service de haut débit sans fil 4G dès que des équipements 4G seront disponibles.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur