Windows 10 : une adoption contrastée dans les entreprises

MobilitéPCPoste de travailSmartphonesSystèmes d'exploitationTablettes
windows-10-adoption
4 40

La satisfaction des unes, les craintes des autres… Spiceworks constate que les entreprises ont des perceptions très variables de Windows 10.

Un verre au tiers plein ou aux deux tiers vide, c’est selon.

À en croire Spiceworks, 62 % des entreprises dans le monde n’ont toujours pas adopté Windows 10.

Le fournisseur de solutions IT d’origine américaine s’appuie sur des données anonymisées remontées le 30 juin dernier auprès de ses clients, ainsi que sur un sondage auquel ont répondu, au mois de mai, 866 professionnels de l’informatique, essentiellement des administrateurs réseaux et systèmes.

Entre craintes et satisfaction

Parmi les sociétés qui n’ont pas amorcé la bascule, 67 % affirment qu’elles sont satisfaites du ou des systèmes d’exploitation dont elles se servent à l’heure actuelle.

Près de la moitié (47 %) évoquent des problèmes de compatibilité logicielle. 36 % craignent par ailleurs de ne pas pouvoir contrôler efficacement les mises à jour. Elle sont aussi nombreuses à estimer que les bugs sont encore trop nombreux.

D’autres (34 %) déplorent de ne pas disposer du temps et des ressources pour former les utilisateurs. Et 29 % considèrent que Microsoft n’apporte pas suffisamment de garanties en matière de protection des données.

En sortant les calculettes, on constate qu’au global, plus d’un quart des entreprises (26 %) ont tout simplement l’intention de faire sans Windows 10.

Mais il y a aussi celles qui ont fait le pas. Et parmi elles, 85 % se déclarent « globalement satisfaites » (51 % étant « très » ou « extrêmement » satisfaites). Un taux élevés, mais qui n’atteint pas encore celui de Windows 7, que les répondants choisissent à 69 % comme l’OS préféré chez les utilisateurs finaux (17 % pour Windows 10 ; 6 % pour Windows XP ; 3 % pour OS X et Windows 8.x).

Multiplateforme ?

Dans l’absolu, le taux de 38 % d’entreprises ayant commencé à déployer Windows 10 correspond presque aux estimations diffusées en juin 2015 dans le rapport « Windows 10 : Will It Soar ? ». Spiceworks évoquait en l’occurrence 40 % de migrations dans un délai d’un an… et 73 % dans un horizon de deux ans.

Le taux d’adoption est légèrement plus élevé en Amérique du Nord (39 %) et dans les plus grandes entreprises (50 % environ dans les structures de plus de 250 salariés ; entre 29 et 46 % pour les tranches inférieures).

Il faut aussi distinguer celles qui ont implémenté (58 %) de celles qui en sont encore à la phase d’expérimentation (42 %). Et relativiser, dans la pratique, le caractère multiplateforme de Windows 10 : si 92 % des entreprises concernées ont installé l’OS sur au moins un PC portable (87 % pour les PC fixes), elles sont moins de 40 % à l’avoir fait sur une tablette… et 10 % sur un smartphone.

La principale raison pour laquelle on choisit de faire la mise à niveau reste sa gratuité (68 % des sondés l’évoquent). Suivent l’amélioration de la stabilité et des performances (49 %), la fin de vie d’un autre système d’exploitation (48 %) et les « nouvelles fonctionnalités » (43 %).

Par « nouvelles fonctionnalités », les entreprises entendent essentiellement le retour du menu démarrer (63 %), une sécurité améliorée (60 %), un cycle de mises à jour accéléré (38 %) et une intégration plus poussée des services cloud (32 %). Le gain financier réalisé par rapport à l’exploitation de Windows 7 ne leur semble, en revanche, pas évident.

Crédit photo : Microsoft Corp


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur