Windows 10 : Cortana ou le dilemme de l’autonomie

MobilitéPCPortablesPoste de travailSystèmes d'exploitationTablettes
cortana-autonomie-windows-10
3 0

Dans quelle mesure Cortana aura-t-il un impact sur les PC et tablettes Windows 10 ? L’expérience Windows Phone 8.1 a fourni quelques éléments de réponse.

Organisation de réunions et de déplacements, suivi des réservations de billets d’avion, émission d’alertes pour les déplacements vers le domicile ou le bureau… et même, pour cet automne, le pilotage, à la voix, d’une offre cloud de big data analytique : Microsoft veut faire de son assistant virtuel Cortana une pierre angulaire de l’expérience Windows 10 sur les PC et les tablettes.

Il faudra néanmoins s’attendre à un impact sur la consommation d’énergie et donc sur l’autonomie des batteries.

Les inscrits au programme Windows Insider lancé à l’automne dernier ont pu évaluer la problématique, qui s’est plus particulièrement illustrée dans le monde des smartphones, où Cortana avait fait son entrée dès le mois d’avril 2014.

En première ligne, la gamme Lumia, objet de bien des discussions sur la Toile au gré des mises à jour diffusées par Nokia, puis par Microsoft (Cyan à l’été 2014, Denim début 2015…).

Alors que certains utilisateurs de ces smartphones ont constaté une grande différence d’autonomie selon que Cortana est ou non désactivé (jusqu’à 10 % de consommation supplémentaire sur un cycle), d’autres n’ont pas relevé d’écart important.

Un consensus semble s’être établi autour d’un élément : la géolocalisation, obligatoire pour exploiter Cortana sous Windows Phone 8.1. L’impact est toutefois indirect : ce n’est pas tant l’assistant virtuel qui sollicite démesurément le GPS, mais d’autres applications qui se lancent parfois au démarrage pour fonctionner en arrière-plan.

Le défi Cortana

Sur ce dernier point, la tuile dynamique de Cortana paraît également consommer beaucoup de batterie. Sa suppression au profit d’un appel « manuel » à l’assistant améliore l’autonomie, selon de nombreux retours d’utilisateurs. Même conclusion avec la fonction « Hey Cortana », qui permet de réveiller Cortana à la voix – et qui se trouve d’ailleurs désactivée lorsque le mode d’économie de batterie s’enclenche, c’est-à-dire quand il reste moins de 20 % de capacité.

Ce constat est partagé par les fabricants de PC, qui ne s’en sont pas cachés, sans pour autant fournir d’estimation sur la charge que représentera Cortana. Certains – comme Toshiba – ont décidé d’intégrer, sur leurs machines, une touche dédiée pour faciliter la mise en fonction et la désactivation. Du côté de Microsoft, il n’est pas exclu qu’un raccourci clavier y soit consacré, « Win + Q » étant déjà réservé pour Cortana News et « Win + S » pour le moteur de recherche.

Selon les mesures de PC World, on peut s’attendre à une consommation CPU pouvant atteindre 6 % en crête sur une machine équipée d’un Core i5. En arrière-plan, Cortana occuperait à peine 1 Mo de RAM, pour une charge processeur « négligeable ».

D’autres éléments devraient affecter la durée de fonctionnement des PC et des tablettes loin d’une prise électrique. Ainsi Intel et Microsoft ont-ils confié, la semaine passée, « travailler d’arrache-pied » sur un correctif pour un bug qui réduirait « d’un maximum de 10 % » l’autonomie de la batterie sur certains appareils.

Une fois les pilotes mis à jour, l’autonomie devrait être comparable à celle obtenue sous Windows 8.1, assurent les deux groupes. Ce qui ne garantit pas qu’il ne faudra pas un autre update lorsque les puces Intel Core de 6e génération (« Skylake ») arriveront sur le marché, au cours du 2e semestre 2015.

Crédit photo : Pavel Ignatov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur