Windows 10 : un curieux rétropédalage pour Microsoft

Poste de travailSystèmes d'exploitation
windows-10-iso
6 4

Il n’est plus possible de télécharger une image disque de la dernière version de Windows 10 (« Threshold 2 »). Pourquoi Microsoft a-t-il pris cette décision ?

Marche arrière toute pour Microsoft.

La dernière mise à niveau majeure de Windows 10 (sortie il y a une dizaine de jours sous le nom de code « Threshold 2 », avec le numéro de version 1511) ne peut plus être récupérée directement sur les serveurs de l’éditeur : depuis ce dimanche, il faut impérativement passer par Windows Update.

Ce changement n’est pas passé inaperçu auprès de ceux qui comptaient recourir, pour faire la bascule, au Media Creation Tool (MCT). Une fois téléchargé et exécuté, cet outil récupère une image disque de Windows 10.

Celle-ci peut être utilisée pour mettre à jour plusieurs postes sans avoir à télécharger l’OS sur chacun d’entre eux. Elle permet aussi de réaliser de nouvelles installations (« from scratch »).

Le MCT est toujours disponible, mais l’image qu’il récupère n’est plus « Threshold 2 » : c’est la build 10240, correspondant à la version RTM de Windows 10 ; en d’autres termes, celle sortie en juillet, quelques semaines avant la première version commerciale.

En l’état actuel, charge aux utilisateurs de réaliser la mise à jour depuis cette ancienne mouture, en exploitant Windows Update.

Selon un représentant de Microsoft qui s’est confié à ZDNet.com, il s’agit d’un « changement de politique » assumé par le groupe américain.

Mais la raison serait tout autre. Elle tiendrait en l’occurrence à divers bugs présents dans la version 1511. En particulier sur la gestion des licences : l’installation ne peut se faire que sur la version familiale de Windows 10 ; impossible de saisir une clé de produit Pro, à cause d’un défaut d’interface. Une fonction que n’ont pas pu tester les quelque 5 millions de participants au programme Windows Insider…

D’autres soucis ont été mentionnés sur les forums de discussion Microsoft. Notamment le fait que la technologie de chiffrement BitLocker ne fonctionnerait pas correctement, sauf dans le cas d’une mise à jour faite depuis la RTM.

Du côté d’Ars Technica, on cite une mise en veille ineffective, une utilisation anormale du processeur par certaines applications ou encore un écran de verrouillage qui ne masque pas tout le bureau.

Pour le site Petri.com, spécialiste Microsoft, il faut y voir une conséquence du nouveau rythme de développement de Windows 10, avec plusieurs chantiers en parallèle : non seulement proposer régulièrement de nouvelles moutures dans le cadre du programme Insider, mais aussi pousser, tous les mois, un update aux autres utilisateurs.

Tout le monde n’a pas suivi en interne. Avec ce nouveau système, les développeurs sont chargés de tester leur code. Une tâche qui n’était pas de leur ressort auparavant et qui fait qu’ils ont aujourd’hui du mal à répartir leur temps de travail.

Crédit photo : AR Images – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur