Windows 2000 bêta 3 : test crucial pour Microsoft

Cloud

Vivement critiqué pour ses retards successifs, Microsoft poursuit à marche forcée le développement de son système d’exploitation Windows 2000. Etape cruciale avant la version finale, la bêta 3 est enfin disponible.

La finalisation du nouveau système d’exploitation de Microsoft avance bon train. Après plusieurs retards successifs (voir édition du 16 avril 1999), les différentes moutures de Windows 2000 (alias Windows NT 5, pour ceux qui auraient manqué quelques épisodes) sont désormais disponibles sous forme de versions bêta 3.

Microsoft a commencé à en diffuser les premiers exemplaires jeudi et 670000 copies vont être envoyées à quelque 430000 clients, 140000 développeurs et 100000 distributeurs. La plupart des bêtas-testeurs doivent payer pour avoir le privilège d’essayer la nouvelle mouture. Les administrateurs de réseau peuvent l’acquérir pour 59,95 dollars (environ 360 francs).

Cette version bêta et la phase de test qui l’accompagne représentent une étape cruciale pour la firme de Redmond. Les officiels de Microsoft affirment que le produit sera terminé avant la fin de l’année? 1999, sachant que le nouveau système bénéficiera d’un formidable coup d’envoi lors du Comdex de Las Vegas en novembre. Gageons que, d’ici là, seules Windows 2000 Server et Windows 2000 Professional, les pendants respectifs de Windows NT Server et Windows NT Workstation, seront ?nalisées.

La version Windows 2000 Advanced Server supportera des configurations comptant jusqu’à quatre processeurs et intégrera des fonctions de clustering ainsi que des outils d’administration permettant d’équilibrer la charge de travail entre différentes machines. Elle ne devrait pas être commercialisée avant le premier trimestre de l’an prochain. Il en sera à l’évidence de même pour Windows 2000 Datacenter Server, une version qui supportera en plus les configurations comptant jusqu’à 16 processeurs et 64 Go de mémoire.

Poursuivant sur sa lancée, Microsoft s’apprête à poser un nouveau jalon dans sa marche vers l’intégration (quasi monolithique) du poste de travail. À ce titre, Windows 2000 Professional disposera d’un éventail de fonctionnalités impressionnant. Alors que les versions 3.51 et 4.0 de Windows NT Workstation ont toujours paru à la traîne des moutures grand public – à savoir, Windows for Workgroup 3.1, Windows 95 et plus récemment Windows 98 -, Windows 2000 Professional doit permettre au poste de travail des professionnels de prendre une certaine avance. À cette fin, il importe tout d’abord de combler le retard accumulé en lui apportant le support des technologies Plug & Play et Hot Plug PCI (insertion de cartes PCI “à chaud”) ainsi que la reconnaissance des ports USB (Universal Serial Bus).

À ces améliorations logicielles préliminaires s’ajoute l’intégration de près de 8 000 pilotes matériels (drivers) au sein du code afin de limiter considérablement le nombre de recours au CD-Rom lors de l’installation de nouveaux périphériques. Outre les 23 éditions localisées, Microsoft compte lancer également une version “multilingue” de Windows 2000 Professional capable de gérer les polices de caractères Unicode et le sens d’écriture pour les langues telles que l’arabe, le chinois, l’hébreu, le thaï? tant en matière de création de documents qu’au niveau de l’interface (menus déroulants, etc.).

Si l’environnement a toutes les chances de nécessiter une configurations matérielle encore plus poussée que par le passé, les fonctions d’administration qui sont en cours d’intégration peuvent justifier la mise à niveau des postes de travail. Windows 2000 Server va tout d’abord intégrer un environnement d’administration des comptes utilisateurs baptisé Active Directory.

Prenant le train des annuaires en marche, Microsoft se range du côté du standard LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) déjà adopté, par exemple, par Novell avec le répertoire NDS (Novell Directory Service). Comme les autres annuaires inspirés de LDAP, la technologie Active Directory va permettre d’appuyer l’identification des utilisateurs et la distribution des autorisations sur une structure arborescente moins contraignante en terme de maintenance. En effet, l’annuaire Active Directory recense les utilisateurs mais aussi les ressources accessibles au travers du réseau. Il établit des liens entre ces deux mondes au travers de règles de sécurité partagées.

D’autres outils d’administration des postes de travail tels que les technologies WinFrame et IntelliMirror permettent de centraliser l’administration des serveurs et des postes de travail. Ces technologies touchent aussi bien au déploiement de nouvelles applications dans l’entreprise qu’à l’installation des postes de travail depuis la mise en place du système d’exploitation jusqu’à la configuration des prérogatives d’accès aux ressources partagées. Des fonctions de sauvegarde automatique peuvent ainsi être activées pour protéger les utilisateurs contre d’éventuels dysfonctionnements irrécupérables. Avec IntelliMirror, l’administrateur du système est aussi en mesure d’autoriser la mise en place d’une application en présélectionnant les options d’installation. Il peut aussi sauvegarder les caractéristiques de fonctionnement de la machine – en incluant les paramètres sélectionnés par l’utilisateur – afin de garantir la restauration de l’environnement de travail jusque dans sa personnalisation.

Si certaines fonctions d’administration s’inscrivent dans la continuité de l’évolution de la plate-forme Windows (ex.: sauvegarde automatique des documents), d’autres, comme la distribution ou la mise à jour automatique d’applications, nécessiteront d’adopter très largement Windows 2000 Professional dans l’entreprise. Les clients de la firme de Redmond suivront-ils les yeux fermés ? C’est encore à voir !

Pour en savoir plus :

* Site Microsoft (US).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur