Windows 8 : Adobe Flash n’a pas encore loupé le Metro

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation
logo Adobe

La réponse d’Adobe n’a pas tardé dans l’affaire du plug-in Flash non pris en charge par Internet Explorer 10 dans la nouvelle interface Metro. L’éditeur annonce le déploiement d’une solution alternative à base de son moteur AIR.

Pris de revers par Microsoft, Adobe tente de faire bonne figure et contourne l’incompatibilité avérée de Windows 8 avec le plug-in Flash.

Pour ce faire, l’éditeur se rabat sur sa plate-forme logicielle AIR, censée complémenter l’usage du HTML5 dans l’exercice de navigation sur Internet.

A l’occasion de sa conférence BUILD pour les développeurs, Microsoft a, sans concession, abattu les cartes d’une interface dénommée Metro et particulièrement adaptée aux terminaux mobiles tels que les tablettes tactiles.

S’y adjoint une nouvelle mouture d’Internet Explorer (la dixième), indépendante de toute extension et de modules complémentaires.

Ce qui ne laisse guère de place qu’au HTML5, barrant en parallèle la route des solutions alternatives, avec Flash en première ligne.

En charge des équipes de développement du navigateur de Microsoft, Dean Hachamovitch a tenu à clarifier la situation et à mettre l’accent sur une distanciation vis-à-vis des composantes logicielles tierces : à en croire ses propos, l’avenir est à la navigation sans plug-in.

Mais la partie n’est pas encore jouée pour Adobe, dont la réaction n’a d’ailleurs pas tardé. L’éditeur tente de faire passer la pilule, adopte un ton rassurant et s’exprime sur son blog.

Windows 8 devrait acquérir une grande popularité dans les années à venir“, reconnaît Danny Winokur, l’auteur d’un billet qui fait mention d’un “travail en étroite collaboration avec Microsoft, Google et Apple“.

A défaut d’être en mesure de contrecarrer l’émergence du HTML5, il s’agira en effet de retarder l’échéance en levant les entraves posées à l’encontre d’un format Flash déjà banni par Apple et désormais en passe de perdre en marche le Metro de Microsoft.

La solution réside peut-être dans l’implémentation d’Adobe Integrated Runtime (AIR) au sein de Windows 8.

Ce logiciel codé en Flex ou Javascript permet l’exécution d’applications indépendamment du système d’exploitation. Sa disponibilité sur Android, iOS et BlackBerry laisse entrevoir un portage consécutif vers l’OS hybride de Microsoft.

D’après Adobe, il en résultera une compatibilité avec les nombreux jeux en ligne et services multimédia basés sur la technologie Flash. Avant un éventuel point final dans une aventure dont les origines remontent à 1996.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur