Windows 8 : Microsoft pourrait blinder la lutte anti-piratage

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation
logo Windows 8

Microsoft pousserait ses partenaires OEM pour Windows 8 à implémenter dans leurs machines un système de vérification de signatures visant à empêcher l’exécution de copies piratées.

Avec l’essor de Windows 8, Microsoft pourrait menacer les systèmes d’exploitation alternatifs.

Un développeur de la communauté Linux a mis en évidence un procédé d’initialisation sécurisée amené à être implémenté en ROM par les constructeurs OEM de machines équipées du nouvel OS.

Un temps répandu, notamment avec l’émergence des netbooks, le marquage des disques durs tombe progressivement en désuétude.

Il consistait à interrompre la procédure de démarrage à défaut d’un OS déterminé.

Il suffisait pour l’utilisateur d’installer un nouveau média physique d’amorçage pour résoudre le désagrément.

Alerté, Microsoft renchérit et va sans conteste bien plus loin.

Développeur pour le compte de l’écosystème Linux, Matthew Garrett évoque un verrouillage du firmware, assimilable à un bridage restreignant la compatibilité à des configurations logicielles définies.

En premier lieu, les versions piratées de Windows passeraient à la trappe.

S’il est fort probable que Microsoft s’en soit initialement pris à ces copies illégales, les solutions alternatives non supportées par les constructeurs pourraient en pâtir.

En effet, d’après ReadWriteWeb, les dernières spécifications de l’Unified Extensible Firmware Interface (UEFI, successeur du BIOS) font mention d’un “boot sécurisé” qui entraîne le chargement d’un OS à la condition qu’il soit signé.

Or, Microsoft exigerait de tous ses partenaires qu’ils intègrent à leurs machines ce système d’empreinte numérique.

En d’autres termes, les pires scénarios vont jusqu’à suggérer l’impossibilité de substituer une version “retail” à une OEM pré-installée.

Le seul recours à un flashage de ROM pourrait redonner le sourire aux utilisateurs d’Ubuntu et consorts.

C’est cette même solution qui a permis le déploiement d’Android via CyanogenMod, sur les tablettes TouchPad.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur