Windows Azure : Microsoft cherche la formule pour transformer le cloud en or

Cloud

Microsoft TechDays : après un an d’exploitation commerciale de Windows Azure, l’éditeur recense 31 000 clients dans le monde (150 en France). Et “l’écosystème cloud” se monte progressivement.

Le cloud au sens Platform-as-a-Service (PaaS) chez Microsoft souffle sa première bougie.

En organisant ses TechDays (Palais des Congrès, Porte Maillot, Paris), Microsoft France a décidé de fêter “le premier anniversaire commercial” de Windows Azure.

C’est l’heure du premier bilan avec 31 000 clients dans le monde (+55% en un an), dont 150 entreprises françaises disposant d’applications dans Windows Azure.

Selon les statistiques fournies par Microsoft France, 40% sont des éditeurs de logiciels, 35% des agences web ou SSI et 25% des clients finaux qui développent eux-même.

La branche hexagonale de l’éditeur peut afficher des premières grandes références comme Schneider Electric et Air Liquide /Calyatis.

L’écosystème “partenaires IT” de Windows Azure grossit également avec des prestataires de services informatiques comme Sogeti, Logica ou Access IT.

Bernard Ourghanlian, Directeur “Technique et Sécurité” de Microsoft France, rappelle les “avantages évidents” pour les start-up de développer des applications et des services dans le cloud : absence d’investissement dans l’infrastructure, flexibilité dans le modèle économique (gratuit moyennant des revenus publicitaires, prestations à la demande, abonnements forfaitaires…), puissance “virtuellement illimitée” en cas de crêtes d’activité, “vraie capacité de partage des ressources” (Internet de multi-locations)…

Mais, dans ce modèle, il existe aussi des limites, notamment en termes de portabilité. Que se passe-t-il si un client veut changer d’environnement cloud ?

Pour le mode PaaS, ce sera “relativement difficile” admet Bernard Ourghanlian. “Si on utilise les API (interfaces de programmation, ndlr] de Windows Azure, la portabilité nécessite un effort d’abstraction sur la manière de manipuler les objets.”

Cloud : une “libération” du développeur

Ysance, société de conseil et réalisation informatique, est venue témoigner en faveur de Windows Azure.

Son P-DG Laurent Letourmy considère que le cloud constitue “une libération du développeur”.

“On se concentre sur la partie logicielle, le déploiement et la gestion des données. Autant de temps gagné dans la gestion des projets”, assure-t-il.

“Seul le cloud sait répondre à une montée en charge assez violente de trafic”, considère-t-il.

Il illustre son propos avec le cas d’une start-up cliente ayant monté un jeu sur Facebook et devant gérer une montée rapide en puissance (de zéro à un million de joueurs).

Pourtant, on le voit à travers ses blogs d’experts, Ysance est aussi attiré par d’autres environnement cloud comme celui d’Amazon Web Services.

“Mais Microsoft sait très bien parler aux développeurs par rapport à ses concurrents”, considère Laurent Letourmy.

La vraie clé du succès ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur