Windows est devenu un OS non grata chez Google

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation

Google ne veut plus que ses employés utilisent Microsoft Windows sur leurs postes de travail, pour des raisons de sécurité. Désormais, Mac OS X et Linux ont les faveurs de la firme de Mountain View.

L’OS Windows de Microsoft n’est plus le bienvenu chez Google. En effet, le Financial Times révèle que les employés de la firme de Mountain View sont invités à ne plus utiliser sur leurs ordinateurs le célèbre système d’exploitation de l’éditeur américain, pour des raisons de sécurité, semble-t-il.

Selon “plusieurs employés” du groupe Internet, cite le Financial Times, Google aurait décidé de délaisser Windows en janvier dernier, suite à la vaste cyber-attaque qui a ciblé les infrastructures de Google en Chine.

Rappelons que ce piratage informatique avait permis aux hackers de pirater le réseau interne et les serveurs de Google pour voir accès aux comptes personnels Gmail d’opposants politiques et de militants chinois des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Suite à cette cyber-attaque, Google avait menacé de quitter le sol chinois s’il n’était pas autorisé à instaurer un moteur de recherche sans filtrage.

Google, qui emploie plus de 10 000 personnes dans le monde, demande désormais à ses nouvelles recrues d’utiliser d’autres systèmes d’exploitation que Windows sur leur poste de travail, comme Mac OS X d’Apple ou une distribution Linux. Une belle opportunité à saisir donc pour la firme de Cupertino et les éditeurs Linux, comme Red Hat, SuSE, Canonical ou Mandriva.

Et pour les collaborateurs qui désirent rester sous Microsoft Windows, ils doivent obtenir l’autorisation de leur supérieur hiérarchique…

Etant l’OS encore le plus plébiscité dans le monde, Windows est davantage exposé aux virus, malwares et autre tentatives de piratage que d’autres OS moins populaires et moins utilisés.

Reste à savoir si à la sortie de Chrome OS, prévue pour la fin 2010, les employés de Google seront invités cette fois-ci à basculer vers le système d’exploitation maison…

A lire également sur ITespresso.fr : Dossier : Chrome OS vs Windows


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur