Windows XP beta : une fuite organisée ?

Cloud

Une fuite malencontreuse a permis à certains de mettre la main sur la dernière version bêta de Windows XP… qui s’avère être la première à inclure un nouveau système de protection anti-copie. Hasard ?

Le 14 mai, Microsoft a avoué que “quelques personnes” avaient réussi à se procurer la dernière version bêta de Windows XP (dotée du numéro de série Build 2469), normalement réservée à un petit nombre de testeurs triés sur le volet (voir édition du 15 mai 2001). Mais surprise : alors que la dernière ‘fuite accidentelle’ de Microsoft (Build 2465) avait été piratée en moins de 24 heures, celle-ci donne encore du fil à retordre aux “vilains hackers” après plus de quatre jours à l’air libre. La faute au système Product Activation, le nouveau système de protection anti-copie de Microsoft, qui semble prouver là son efficacité.

Coïncidence : Windows XP RC1 (pour Release Candidate 1), la première version bêta publique du système, est officiellement prévue pour le mois prochain. Et voilà qu’à quelques semaines de ce lancement critique, une bêta ‘sécurisée’ se ballade comme par hasard dans la nature, triturée par des milliers de bidouilleurs avides d’avoir la peau de sa protection. Difficile de ne pas en voir le bénéfice que peut tirer Microsoft : soit le verrou tient suffisamment longtemps au goût de la société pour prouver sa solidité, soit il tombe trop rapidement… et laisse le temps à Microsoft d’inclure une protection plus solide encore dans la RC1.

Des pirates beta-testeurs ?

Sans vouloir aller trop vite en besogne, cela rappelle beaucoup le schéma employé par la SDMI pour faire tester à moindre frais ses systèmes de protection de fichiers audio (voir édition du 15 septembre 2000). Microsoft s’est peut être simplement trouvé quelques milliers de volontaires pour tester à l’oeil la solidité du Product Activation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur