Windows XP privé de Media Player en Europe ?

Cloud

Pour éviter un procès avec la Commission européenne, Microsoft serait prêt à modifier le code source de Windows afin d’en supprimer son Media Player.

L’Europe devra-t-elle se contenter d’une version de Windows amputée de son Media Player ? C’est ce qu’auraient sous-entendu des responsables de Microsoft à l’issue de leur réunion avec des agents de la Commission européenne dans le cadre de l’enquête sur les pratiques anticoncurrentielles de l’éditeur, enquête dont les conclusions ne devraient pas être rendues avant juin 2004. Bruxelles reproche notamment à Microsoft de profiter de sa position dominante sur les systèmes d’exploitation pour imposer ses logiciels et formats maison. Les griefs portent particulièrement sur le lecteur multimédia Windows Media Player, intégré de fait à Windows, et les logiciels serveurs (voir édition du 13 novembre 2003).

Dans le cadre d’un règlement à l’amiable, les membres de la mission chargée de l’affaire auraient proposé à Microsoft de retirer de Windows le lecteur multimédia incriminé afin de laisser les constructeurs installer ceux de leur choix, à savoir RealPlayer (RealOne) et QuickTime principalement. Microsoft a toujours clamé, devant les autorités américaines notamment, que son Windows Media Player était un module intégré au code source du système d’exploitation, le supprimer reviendrait donc à proposer une nouvelle version de Windows. Cet accord à l’amiable serait accompagné d’une amende. “Je souhaite souligner que nous sommes venus à Bruxelles non seulement pour discuter de l’affaire mais aussi pour trouver une solution”, a déclaré Brad Smith, directeur juridique du groupe américain, dans un communiqué. Sans plus de détails.

WMA, un standard de facto

La Commission européenne justifie sa demande en soulignant que la présence par défaut du lecteur multimédia de Microsoft sur 90 % des ordinateurs de la planète n’incite pas les entreprises à investir dans d’autres produits similaires dotés de leurs propres formats. Microsoft rétorque que QuickTime et RealPlayer, notamment, revendiquent des dizaines de millions d’utilisateurs. Certes, mais le format WMA promulgué par Windows Media Player tend à s’installer comme un standard de facto. C’est pourquoi, à l’instar de Napster ou On Demand Distribution (OD2), les plates-formes de musique en ligne – excepté l’iTunes Music Store – l’adoptent exclusivement. Pour la simple raison que la gestion d’un seul format, qui plus est reconnu par l’ensemble des ordinateurs sous Windows, facilite l’administration d’un tel service. On peut donc supposer que, même si Microsoft se plie à la volonté de Bruxelles, il est peut-être un peu tard pour rétablir l’équilibre avec les formats concurrents. De plus, comment retirer aujourd’hui le Media Player de Windows XP, un système déjà largement distribué en Europe ? Il faudra attendre la prochaine version de Windows, Longhorn, que Microsoft programme pour 2005. D’ici là, la musique en ligne aura probablement eu le temps de trouver son marché… et son format audio.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur