WinHEC 2006 : Microsoft accélère ses développements de virtualisation

Cloud

Windows Server virtualization est avancé d’un an, a annoncé Microsoft. Pour combler le retard qui le sépare des principaux concurrents.

“Nous espérons que [Windows Server virtualization] sera lancé 100 jours après la disponibilité de Longhorn server.” Lors de sa présentation en ouverture de la conférence des développeurs matériel WinHEC (du 22 au 25 mai à Seattle), Bill Gates n’a pas fait mystère de l’importance que Microsoft accorde aux technologies de virtualisation. A tel point que le développement des nouveaux outils qui permettront de gérer plusieurs environnements sous une même plate-forme matérielle semblent connaître une accélération forcée. Si la date de disponibilité de Longhorn Server reste définie à la mi 2007, l’hyperviseur de Microsoft devrait donc faire son apparition fin 2007 début 2008 au plus tard. Soit près d’un an d’avance sur le calendrier initial.

Il s’agit de réduire, à défaut de rattraper, le retard sur la concurrence. Particulièrement VMWare. La filiale d’EMC spécialisée dans les infrastructures virtuelles prévoit de lancer la version 3.0 de son hyperviseur ESX Server pour l’été, ainsi que son outil d’administration Virtual Center 2.0. D’autre part, Xensource, l’hyperviseur du projet open source Xen, devrait être adopté dans les prochaines versions des distributions Linux Red Hat et Novell Suse. Autant de concurrents que Microsoft doit affronter sur le marché de la virtualisation dont les fondeurs Intel et AMD intègrent désormais les technologies au sein de leurs processeurs.

Les technologies de virtualisation représentent un véritable enjeu pour les entreprises dans la mesure où elles permettent d’allouer dynamiquement des ressources serveur selon les besoins des applications. Sur un poste de travail, cela permet d’émuler une application ou un nouveau système d’exploitation sans risque pour la configuration en place. Globalement, la virtualisation des systèmes permet d’optimiser les ressources machines et donc d’engendrer des économies sur l’infrastructure et les frais de gestion.

Virtual PC pour Vista

A travers son hyperviseur, Microsoft entend répondre à l’ensemble de ces besoins. Notamment à partir de son outil d’administration System Center Virtual Machine Manager (nom de code Carmine) qui permettra de gérer un ensemble de serveurs comme une seule machine afin de lui affecter automatiquement des machines virtuelles. Lesquelles pourront être gérée à la volée ce qui permettra de déplacer les applications virtuelles d’un serveur physique à un autre si besoin. D’autre part, Windows Server virtualization supportera bien sûr les technologies Microsoft (Windows Server 2000, 2003, Longhorn) mais aussi les environnements concurrents, dont Red Hat Enterprise Linux 4 comme l’a démontré Jeff Woolsey, chef de projet chez Microsoft, lors de la présentation au WinHEC.

Côté poste client, Microsoft avait précédemment annoncé l’intégration en standard de Virtual PC Express dans les versions Entreprise et Ultimate de Windows Vista. Virtual PC Express est un outil de virtualisation qui permettra de faire tourner, sous Vista, un autre système d’exploitation en parallèle. Cela pourrait faciliter la transition de Windows 2000 ou XP vers Vista mais aussi d’accueillir une distribution Linux concurrente de Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur