Wipro déclenche la colère de Christian Estrosi

Cloud

La SSII d’origine indienne a bénéficié du Crédit Impôt Recherche mais elle menace de fermer son site de Sophia Antipolis. “Inadmissible”, juge le ministre chargé de l’Industrie.

Wipro a provoqué l’ire de Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie.

Le groupe indien de services informatiques (ingénierie, infrastructure, externalisations, conseils…) menace de fermer son site de Sophia Antipolis (Alpes-Maritime).

C’est indigne et inadmissible”, proteste Christian Estrosi.

Pour cette implémentation qui dispose d’un effectif de 60 personnes, Wipro a reçu une enveloppe de 5 millions d’euros sur trois ans au titre du Crédit Impôt Recherche. Ce montant a été réglé dans le courant de l’année par l’intermédiaire du “Plan de relance” du gouvernement, assure le cabinet de Christian Estrosi.

Cette aide publique est censée favoriser le soutien à la R&D, le développement de l’activité et la création d’emplois. D’où la réaction ulcérée de Christian Estrosi.

Le ministre chargé de l’Industrie demande à Wipro de “prouver qu’ils ne sont pas des patrons sans scrupules”. Un entretien devrait se dérouler à Bercy avec la direction européenne de Wipro dans le courant de la semaine.

Le quotidien Les Echos évoque un possible rendez-vous avec le directeur de la branche française de Wipro dès ce matin. Mais on n’en voit nulle trace dans l’agenda officiel du ministre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur