Wit.ai veut faire la jonction entre la voix et l’Internet des objets

EntrepriseLevées de fonds
wit.ai-levee-fonds

Créée par trois Français aux USA, la start-up Wit.ai lève 3 millions de dollars pour vulgariser la reconnaissance vocale dans la vague Internet des objets.

Comment développer le langage naturel à l’ère de l’Internet des objets ? La start-up californienne Wit.ai, créée en octobre 2013 par trois Français, compte creuser ce filon et les investisseurs suivent.

Un tour de table de 3 millions de dollars vient d’être bouclé notamment auprès d’Y Combinator (le fameux programme de développement accéléré des start-up de la Silicon Valley) et le fonds Andreessen Horowitz.

Selon Les Echos, d’autres investisseurs suivent comme les fonds Ignition Partners, NEA (New Enterprise Associates) et SV Angel (USA), Alven Capital (France) mais aussi Simon Dawlat (fondateur d’AppGratis) et l’acteur Ashton Kutcher qui apprécie visiblement les technologies autour de l’intelligence artificielle (en mars 2014, il avait investi avec Elon Musk et Mark Zuckerberg dans Vicarious FPC).

Les  trois co-fondateurs de Wit.ai – Laurent Landowski, Alexandre Lebrun et Willy Blandin – n’en sont pas à leur coup d’essai. Début 2013, ils avaient cédé leur société VirtuOz dédiée à la création d’agents virtuels pour accompagner les internautes dans les visites de sites Web à Nuance Communications, un spécialiste américain des technologies de reconnaissance vocale à l’origine de Siri (l’assistant vocal d’Apple).

Avec Wit.ai, le champs d’exploration est plus large puisqu’il s’agit de développer des fonctions voix dans la vague des produits de la génération Internet des objets. Notamment en proposant aux développeurs d’intégrer des fonctions vocales au sein de leurs applications ou de leurs terminaux hardware. La communauté autour de sa plateforme our concevoir des interfaces de programmation (API) dédiées au langage naturel comprendrait déjà 4000 développeurs.

Une approche qui a séduit Pebble, fabricant californien de montres connectée, au point d’héberger l’équipe fondatrice. La petite équipe de neuf personnes, installée entre Palo Alto et San Francisco, recherche désormais des développeurs en France.

Vous pouvez retrouver une démo dans la domotique via YouTube :

—-
Quiz : Connaissez-vous le marché de la domotique ?
—–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur