Wizaplace lève des fonds : des soutiens forts dans le e-commerce français

E-commerceEntrepriseLevées de fondsMarketingStart-up
wizaplace-levee-fonds
4 19

2,2 millions d’euros pour Wizacha, qui développe son activité autour de la plate-forme SaaS Wizaplace, destinée à la création de places de marché.

Le compteur monte pour Wizaplace.

À l’origine d’une plate-forme SaaS pour la création de places de marché, la start-up lyonnaise avait annoncé, début 2016, une levée d’amorçage de 500 000 euros réalisée avec le concours de Bpifrance et de plusieurs business angels dont Alain Laidet, créateur du Salon e-Commerce Paris.

Elle vient d’officialiser une nouvelle opération de financement, à hauteur de 2,2 millions d’euros.

Partiellement bouclé en décembre dernier, ce tour de table réunit une dizaine d’investisseurs du e-commerce et de l’industrie high-tech française.

Didier Farge (président-cofondateur de Conexance ; nous l’avions rencontré sur le Salon e-Marketing) est sur la liste, au même titre que Françoise Gri (ancienne présidente d’IBM France ; elle a récemment quitté le conseil d’administration de Viadeo).

Patrick Bénichou, Pierre Asseo et Bruno Florence sont également de la partie. Le premier est P-DG et fondateur d’Open Wide (intégration et exploitation de solutions open source). Le deuxième, CEO et cofondateur de Wabel (matching BtoB). Le troisième, vice-président du Syndicat national de la communication directe.

La holding de participations SaaS Partners, qui compte parmi ses membres Martin Genot (Photobox) et Bertrand Fredenucci (de Btwinz SaaS Ventures, qui cofonde des start-up à fort potentiel dans le domaine des services cloud), met aussi ses billes dans Wizaplace. Il en va de même pour Jean-Paul Lieux et Denis Olivier, créateurs de Dolist (e-mail marketing).

Le front-office aussi

Dans l’absolu, la levée de fonds est à mettre à l’actif de la société Wizacha, fondée en juin 2012 par Cécile et Éric Alessandri*. Mais la SAS préfère se présenter sous la marque donnée à son produit phare, dont la première version avait été lancée en septembre 2015.

La décision avait été prise, quelques semaines plus tôt, d’étendre l’exploitation de la technologie au-delà de la marketplace BtoC / CtoC avec laquelle Wizacha avait lancé ses activités.

Il en résulte une offre positionnée sur le même créneau que Mirakl, avec la particularité d’inclure une partie front-office (moteur de recherche, espace client, fiches produits…) qui évite d’avoir à s’interfacer avec des services de type Hybris ou Magento.

S’y adjoignent, à travers « plus de 70 modules » assortis d’API, des back-offices administrateur (gestion des vendeurs, modération des produits, comptabilité…) et vendeurs (import de catalogues, gestion des frais des livraisons, sécurisation des transactions…).

Wizaplace revendique une vingtaine de clients parmi lesquels le Crédit Mutuel Arkéa et des start-up comme Desporteo, Okadran et Collective Design. Elle affirme permettre la mise en place d’un site e-commerce pour moins de 100 000 euros.

* À voir en complément, l’interview d’Éric Alessandrini (photo d’illustration), qui nous présentait, à l’occasion du Salon e-Commerce Paris 2015, l’offre Wizaplace.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur