WordPerfect Office 12 joue la carte de la compatibilité

Mobilité

Avec WordPerfect Office 12, l’éditeur canadien espère confirmer les bons résultats financiers obtenus depuis le début de l’année. Il reste cependant loin derrière Microsoft, mais devant StarOffice et OpenOffice.

Après 18 mois de pertes et son rachat par l’investisseur Vector Capital en 2003, Corel vient de connaître son premier trimestre bénéficiaire, notamment grâce aux bonnes ventes de sa suite graphique CorelDRAW 12. C’est dans ce contexte favorable que l’éditeur canadien lance la version 12 de sa suite bureautique WordPerfet Office. Apparue fin avril en version anglaise, la nouvelle suite est attendue fin mai 2004 sur le marché français. La version “Complète” comprend le traitement de texte WordPerfect, le tableur Quattro Pro et Presentations, l’application de création de diaporamas. La base de données Paradoxe est ajoutée dans la version “Professionnelle”, laquelle est uniquement commercialisée sous licence auprès des entreprises.

Compatibilité renforcée

La compatibilité renforcée avec Office de Microsoft constitue la principale amélioration de WordPerfect Office 12. Et pour cause : avec 90 à 98 % (selon les pays) de parts de marché des outils bureautiques, les applications de Microsoft restent incontournables. Du coup, WordPerfect, l’application de traitement de texte, offre une compatibilité avec les formats de fichiers Word de Microsoft qui remonte jusqu’aux versions DOS 4.0. “Mais la compatibilité est aussi axée autour des évolutions de WordPerfect”, précise Gérard Metrailler, chef de produit chez Corel Europe. La nouvelle suite est compatible avec les moutures précédentes (à partir de la version 6) et tourne sur toutes les versions de Windows depuis 98 SE, y compris Windows Server 2003. “L’idée est de ne pas forcer l’utilisateur à mettre à jour son système pour qu’il puisse utiliser sa suite bureautique”, explique Gérard Metrailler.

Cette compatibilité renforcée est notamment symbolisée par une barre de contrôle qui s’affiche au démarrage de WordPerfect, ou encore la possibilité de choisir une interface semblable à celle de Word. Autres nouveautés : la prévisualisation du formatage des caractères, l’extension à une trentaine de langues du correcteur orthographique ou les fonctions de travail collaboratif basées sur un système de routage des documents par e-mail, indépendamment de tout serveur ou application externe. Quattro Pro se distingue par une amélioration dans la réalisation des graphiques en 3D tandis que Presentations supporte désormais l’exportation au format PDF ainsi qu’en Flash, format qui facilite grandement les présentations en ligne.

Entre Microsoft Office et OpenOffice

Corel destine avant tout sa suite aux PME et aux particuliers, même si l’éditeur ne délaisse évidemment pas les grands comptes. A 346 euros HT en première acquisition, la suite de Corel est environ moitié moins onéreuse que celle de Microsoft. Pour les possesseurs d’une suite WordPerfect ou Works de Microsoft, une offre de mise à jour est proposée à 172 euros HT. Des tarifs attractifs mais difficiles à défendre face à une offre gratuite – et complète – comme OpenOffice (voir édition du 3 octobre 2003). “Selon les résultats des sondages et des parts de marché, OpenOffice est très peu utilisée”, avance le chef produit de Corel, qui explique notamment cet état de fait par l’absence de support technique. Corel revendique 75 % des quelques parts laissées par Microsoft, pour un marché mondial estimé à 8,5 milliards de dollars qui, selon différents analystes, devrait évoluer de 1,1 milliard de dollars d’ici 2007. L’éditeur canadien affirme compter à ce jour 18 millions d’utilisateurs dans le monde.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur