WordPress 3.7 : Automattic réarchiture son CMS open source

Cloud
WordPress Enterprise CMS gestion contenu

Amélioration du système de mise à jour en arrière-plan, nouvelles options pour le moteur de recherche interne et intégration de la bibliothèque zxcvbn pour contrôler la sécurité des mots de passe sont les principaux bénéfices de WordPress 3.7.

Près de trois mois après avoir lancé la version 3.6 (alias ‘Oscar’) du CMS open source WordPress, l’éditeur américain Automattic déploie une nouvelle mise à jour majeure.

Surnommée ‘Basie’ en référence à l’un des hérauts du jazz classique, cette mouture 3.7 introduit des nouveautés tous azimuts, d’ordre fonctionnel plus qu’esthétique, et dont la plupart se trouvent sous le capot.

Illustration avec le contrôle de sécurité des mots de passe, désormais effectué par la bibliothèque zxcvbn, exploitée notamment par le service de stockage en ligne Dropbox.

Même constat pour le système de mises à jour en arrière-plan, dorénavant applicable à toutes les installations de WordPress.org, avec la possibilité, pour les développeurs et les administrateurs, de restreindre cette fonctionnalité aux seules versions majeures.

Sur la liste des nouveautés, on recense également une modification du moteur de recherche, qui donne désormais la priorité au titre et au contenu de chaque article plutôt qu’à sa date de création/publication.

Parmi les dizaines d’autres améliorations, la sélection multiple – avec la touche Shift – fonctionne désormais dans les deux sens ; une alerte s’affiche lorsque l’utilisateur se connecte avec les cookies désactivés ; l’adresse IP des internautes apparaissent en regard de leurs commentaires, etc.

WordPress 3.7 reste construit sur les bases de la v3.6, qui avait apporté, cet été, un nouveau thème par défaut et plusieurs options d’édition des médias, tout particulièrement à travers des API donnant accès à diverses métadonnées.

Treize dysfonctionnements (dont une vulnérabilité ayant trait aux requêtes PHP côté serveur) avaient été corrigés à la mi-septembre.

Rappelons qu’Automattic, l’éditeur américain qui a pris sous son aile WordPress.org, a généré 45 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2012, avec un modèle économique basé sur des offres Premium.

La plate-forme devrait encore s’enrichir après l’acquisition de LearnBoost, société qui s’est fait connaître pour son projet Cloudup, du nom d’un service de partage de fichiers en ligne basé sur des technologies open source.

Cette brique devrait permettre d’améliorer deux aspects de WordPress : la bibliothèque de médias (où sont stockés les fichiers téléversés)… et l’édition collaborative.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous des CMS open source ?

Crédit logo : WordPress


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur