Workday : BlaBlaCar se concentre sur la gestion Finance et Vente-privée sur le volet RH

CloudGestion des talentsManagementRessources humaines
workday-elevate

Convention Workday Elevate : BlaBlaCar (covoiturage) et Vente-privée (ventes événementielles) exploitent de manière différente les solutions de l’éditeur américain.

Les deux “licornes” françaises BlaBlaCar et Vente-privée sont venues témoigner lors la convention clients Workday Elevate organisée mardi à Paris.

Coté sur le NYSE, l’éditeur américain de solutions RH et de gestion financière Workday est présent dans l’Hexagone depuis quatre ans. Mais son premier véritable directeur France Thierry Mathoulin n’est entré en fonction qu’en 2015 (A lire également sur Silicon.fr :  Interview Thierry Mathoulin, Workday : « La France est un marché clé »).

En prenant la parole en début de convention, le manager a insisté sur les dimensions de “clarté”, “agilité” et “engagement” des solutions Workday, qui s’adressent aux directeurs administratifs et financiers (DAF), les DRH et les DSI.

L’éditeur, qui surfe sur la vague de la “transformation digitale appliquée aux ressources humaines”, dispose de 1500 clients dans le monde et un chiffre d’affaire de 1,5 milliard de dollars sur 2016 avec une volonté de percer dans le mid-market (segment des entreprises de moins de 3000 employés).

En France, Workday évoque “une croissance à 3 chiffres” en alignant une série de références clients comme Sanofi, Velux, Groupe Lucien Barrière et Eiffage.

Elle est aussi de mesure de toucher à la fois des groupes industriels et des PME innovantes comme BlaBlaCar (app de covoiturage) et Vente-Privée.com (ventes événementielles).

Des représentants de ces deux licornes françaises sont venus expliquer comment des solutions Workday ont été embarquées dans leurs activités respectives pour accompagner leur croissance démesurée.

BlaBlaCar : “Simplifier et unifier”

Au nom de BlaBlaCar, Hugo Mangin, Directeur des systèmes Finance, a expliqué comment il a fallu trouver une solution de gestion financière suffisamment flexible pour absorber le développement international “phénoménal” du spécialiste du covoiturage (effectif de 500 personnes, dont 300 salariés en France et 200 à l’international répartis en onze filiales).

“On avait une pléiade d’outils avec une architecture disparate et hétérogène. Il fallait simplifier et unifier, en évitant les extractions et les réconciliations de données”, résume Hugo Mangin.

En coordination avec DayNine (groupe Accenture), le projet d’implémentation de la solution Workday Financial Management a été bouclé en trois mois pour qu’il soit opérationnel le 1er août 2016.

Il a fallu mettre les équipes concernées dans la boucle et “les former au concept Workday” en un temps record.

Hugo Mangin se montre satisfait au regard des premiers comptes annuels de BlaBlaCar audités par le cabinet EY sous l’ère Workday et bouclés récemment.

“Pour une première fois, cela s’est très bien passé”, évoque le Directeur des systèmes Finance de la société ambassadrice de la French Tech dans la mobilité en covoiturage.

workday-blablacar-vente-privee
Antoine Bosonnet, Chief RH Officer de Vente-privée (à gauche) et Hugo Mangin, Directeur des systèmes Finance de BlaBlaCar (milieu)

Vente-privée : “Prendre des décisions plus rationnelles”

Pour Vente-privée.com, le déploiement sera un peu plus long. La problématique est concentrée sur la dimension de la gestion RH. C’est différent du business case de BlaBlacar avec son focus finance.

La société leader dans les ventes événementielles a pris une envergure européenne en procédant régulièrement à de la croissance externe (ce qui a aboutit à une présence dans 14 pays avec 4500 collaborateurs à gérer dont 3000 en France).

Antoine Bosonnet, Chief RH Officer de Vente-privée, déclare que le système d’information global est en cours de refonte pour “créer une troisième dimension dans l’organisation digitale” sur un paquet global de “8 systèmes” actuellement exploité.

Sur le volet RH, il admet un “retard accumulé dans le support” avec “6 à 7” outils en exploitation. Du coup, on retrouve le même mot d’ordre que du côté de BlaBlaCar : il faut simplifier et harmoniser, quitte à lâcher quelques outils ERP au passage.

“Nous sommes encore en plein dans le projet qui va durer 9 mois. Le core RH devrait être livré au premier octobre 2017. Le reste est prévu début 2018”, explique Antoine Bosonnet.

Le projet est réalisé avec l’appui d’EverBe (conseil et services IT, spécialiste de la Finance, des RH et des solutions Cloud et partenaire intégrateur de Workday).

“Workday va nous aider à prendre des décisions plus rationnelles”, estime Antoine Bosonnet, qui évoque une “obsession de la qualité des données” pour une transparence de l’organisation accentuée au sein de l’entreprise (réactualisation organigramme, reporting hiérarchique…).

En termes d’exercice, on a bien compris la limite du Workday Elevate avec les témoignages pro domo de responsables de Vente-privée et BlaBlaCar en faveur des solutions RH et Finance de l’éditeur américain.

Une pléthore de solutions HCM sur le marché

Même s’il faut prendre du recul vis-à-vis des argumentaires commerciaux des fournisseurs de solutions IT qui se heurtent nécessairement à la réalité des déploiements parfois douloureux.

Néanmoins, les deux business cases des deux “licornes” françaises présentés dans le cadre du Workday Elevate tendent à démontrer que les directeurs administratifs et financiers (DAF) et les responsables des ressources humaines disposent désormais de solutions flexibles pour avancer dans le HCM (Human Capital Management) dans le cloud visant à harmoniser les process transversaux en cas de développement d’activités à l’international.

Deux profils de décideurs IT qui doivent s’impliquer dans le choix de solutions IT impliquant le développement de la société et la transformation des process en interne, au-delà des DSI.

D’autres solutions existent sur le marché comme les éditeurs logiciels spécialisés comme Talentsoft, HR Access ou HR Path, celles rattachées à des intégrateurs comme Sopra Steria RH ou celles proposées par les éditeurs historiques comme SAP (SuccessFactors) ou Oracle (qui avait acquis Taleo en 2012). 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur