e-Paiements : Worldline absorbe son concurrent Digital River World Payments

E-commerceE-paiementEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
paiements-electroniques-worldline-Digital-River-World-Payments

Worldline (filiale e-paiement du groupe Atos) acquiert le suédois DGWP (propriété de Digital River) pour consolider son pôle services dédiés aux commerçants.

L’été sera marquée par une certaine consolidation dans les paiements électroniques : Worldline, filiale du groupe Atos spécialisée dans les services transactionnels (cotée sur Euronext), acquiert son concurrent suédois Digital River World Payments (DGWP).

C’est un pionnier des solutions de paiements en ligne pour les e-commerçants, lui-même filiale de Digital River du nom d’un groupe américain expert en commerce et marketing à l’ère digital.

Le montant de la transaction consenti par Worldline pour absorber DGWP n’est pas précisé. La finalisation de l’accord devrait survenir d’ici la fin du troisième trimestre 2017.

Un rapprochement qui survient après la récente annonce du rachat du britannique Worldpay par l’américain Vantiv (traitement des flux). Un geste de représailles ? Il faudrait être rancunier…En 2010, Atos/Worldline avait tenté d’avaler Worldpay.

La création de Digital River World Payments remonte à 1997. Installée à Stockholm (Suède), DRWP emploie environ 120 personnes dans le monde. La société propose des solutions technologiques paiements en ligne (acceptance, centralisation, optimisation…). En 2016, elle a enregistré un chiffre d’affaires brut de 37 millions d’euros.

« Grâce à la force de nos complémentarités [Worldpay+DRWP], nous avons une position unique pour proposer la prochaine génération de services de paiements de l’ère digitale », évoque Gilles Grapinet, Directeur Général de Worldline. Ce qui permet à la filiale e-paiements d’Atos de renforcer sa division Services aux commerçants.

Cette fusion favorisera des « synergies commerciales et technologiques substantielles », permettant à Atos de prendre position sur des marchés comme la Suède, les USA et le Brésil.

Il faut s’attendre à d’autres opérations de croissance externe de la part de Worldline…Cité dans le communiqué, Gilles Grapinet veut « réaliser plusieurs autres opérations, normalement avant la fin de l’année, et ce faisant, d’étendre ses activités dans plusieurs nouvelles géographies en Europe continentale ».

Worldline, qui dispose d’un effectif global de 8700 collaborateurs, génère un chiffre d’affaires pro forma estimé à environ 1,5 milliard d’euros par an.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur