WWDC : une Keynote à rebondissements !

Cloud

Un marathon de près de deux heures ! Steve Jobs a offert à son public une pluie de nouveautés : système d’exploitation, ordinateur, caméra, logiciels… Dans le même temps, les sites d’aficionado rapportaient l’évolution de la Keynote alors qu’une tempête coupait la retransmission de la conférence assurée par Apple Europe à Berlin. À l’issue des deux heures, tant les spectateurs, l’audience sur Internet que les invités de Berlin sortaient un rien ébouriffés?

Epoustouflant ! La Keynote d’Apple qui démarrait les cinq journées de la WWDC peut être considérée comme l’un des évènements majeurs de l’année. Pendant deux heures, Steve Jobs a enchaîné application après application, produit après produit, de façon magistrale. Maniant son humour décapant, le PDG d’Apple a profité de son audience mondiale pour passer quelques coups de fils à des amis, se moquer de la concurrence d’Apple et surtout lancer le premier ordinateur personnel 64 bits (voir édition du 20 mai 2003). La foule présente dans la salle n’a pas montré beaucoup de réticence à être entraînée ainsi dans un tour des technologies de la Pomme. Il faut dire qu’elle était tout acquise, puisque les quelque 3 800 personnes présentes représentent 1 % des développeurs codant des logiciels sur la plate-forme de la compagnie ! Il faut dire aussi que Steve jobs a tout fait pour redonner le sourire aux développeurs, en prodiguant bons mots et une foule de cadeaux !

Au total, cinq grandes thématiques ont été déroulées : Safari, Panther, iSight, Xcode et le Power Mac G5. Ainsi que la rumeur avait bien voulu le rapporter, Safari est bien disponible en version 1.0. L’application, téléchargeable dès maintenant, se présente sous la forme d’un paquet d’un peu plus de 6 Mo et s’accompagne, pour les développeurs, d’un kit de développement pour leur permettre d’intégrer des fonctions de Safari, dont le moteur d’affichage HTML, au sein de leurs propres logiciels. Dans la même veine, Xcode s’avère une complète refonte des outils de développement maison. Son apparence a été énormément travaillée et l’application se présente désormais comme une iApp. Une tendance qu’Apple semble vouloir suivre sur toute la ligne de ses produits : l’idée est de transformer une interface que Steve Jobs considère centrée sur l’ordinateur, en une interface tournée autour de l’utilisateur. C’est dans cet esprit que Mac OS X a été refondu : l’intégration aux réseaux hétérogènes a été améliorée, la recherche de fichiers accélérée, le Finder revu et corrigé, l’accès aux applications depuis leur fenêtre refondu dans une nouvelle fonctionnalité et l’accès aux sessions des autres utilisateurs simplifié. Panther comporte une centaine d’améliorations sur lesquelles il faudra revenir. Steve Jobs s’est quant à lui concentré sur iChat AV, une version audiovisuelle de la messagerie instantanée. La démonstration de l’application a déchaîné les spectateurs, qui ont compris instantanément qu’Apple avait une fois de plus visé juste. Même Al Gore, l’ex-vice-président américain, qui avait été invité à participer comme troisième utilisateur public, a insisté sur le fait que la façon dont iChat simplifiait l’utilisation du Netmeeting allait modifier les façons de travailler. Apple livre aussi désormais une caméra Firewire de sa conception : iSight.

Pas avant août

C’est en Europe que la suite du spectacle avait lieu : à presque 20h00, la présentation en direct de la Keynote, réalisée à Berlin, était interrompue en raison d’une tempête. L’antenne satellite utilisée avait été détruite et les quelques centaines d’invités d’Apple Europe, allaient devoir suivre la présentation sur scène, de Pascal Cagni, le patron européen de la firme, à défaut de Steve Jobs. Le clou du spectacle commençait quelques minutes plus tard : il revenait bien évidemment à la nouvelle machine d’Apple, le Power Mac G5. La fuite de la semaine dernière était bien une erreur et concernait effectivement la nouvelle machine (voir édition du 20 juin 2003). C’est sur cette partie qu’il était possible de voir la joie de Steve Jobs de revenir dans la course face à la concurrence. Et ce, malgré un accueil plutôt froid du nouveau Power Mac G5 par la foule, restée un instant médusée par la forme du nouveau boîtier en aluminium. Autre couleuvre à avaler : la disponibilité du nouveau Mac. Pas avant août. En conclusion, Steve Jobs soulignait que les six premiers mois de 2003 avaient déjà permis de présenter de nombreux nouveaux produits et laissait entendre que les six prochains risquaient d’être du même acabit. A plus de 21h00 à Paris, quand le spectacle prenait fin, un sentiment spontané commençait à être exprimé sur la Toile : Apple indique bien qu’elle remonte en selle, mais cela ne se fera que durant la seconde moitié de l’année !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur