Xavier Niel vu dans les médias : ça fait toujours son petit effet

EntrepriseGestion des talentsManagement
xavier-niel-iliad-free
5 9

Interview Society, enquête sur le « système Free » dans Politis, speaker Bpifrance…Xavier Niel évoque sa vision du monde et ses humeurs. La provoc’ n’est jamais bien loin.

Xavier Niel a parlé cash au quinzomadaire Society lors d’un entretien fleuve. On ne présente plus le dirigeant fondateur du groupe Iliad/Free, l’investisseur (via son fonds « activiste » d’amorçage Kima Ventures pour les start-up ou via NJJ Capital pour des opérations plus structurantes comme dans le secteur des télécoms), le milliardaire, le visionnaire (avec 42 entre Paris et maintenant la Californie, il a bousculé les codes de l’enseignement traditionnel), le networker/influenceur dans le numérique (il va bientôt inaugurer son méga-incubateur de la Halle Freyssinet) et au-delà (vie politique, économique…), le media mogul (co-propriétaire du Monde, Courrier international, L’Obs, Télérama…et maintenant le véhicule d’investissement Media One) et le passionné des catacombes à ses heures perdues (s’il lui en reste).

couverture-society-xavier-niel

Dans Society, il revient sur son parcours atypique et son profil d’entrepreneur autodidacte (« Je ne suis pas là de manière héréditaire. Je me suis fait tout seul ») dans le secteur des télécoms (Minitel, téléphonie, Internet…).

Le trublion entre l’Internet et les télécoms évoque également son passage en prison pour une histoire de proxénétisme (un gouffre marquant à titre individuel qu’il a su surmonter), la politique, l’économie, les ressources humaines, les règlements de comptes (ses relations avec Patrick Le Lay, ex-P-DG de TF1, était pour le moins tumultueuses…).

Dans cet entretien dense multi-thématiques, Xavier Niel joue parfois la provoc’ (il aime bien cela) : « L’État n’a plus d’argent, mais, moi, j’en ai, je pense qu’investir dans un truc comme l’École 42, c’est en faire bon usage ».

Il affiche une vision politique surprenante : « Le libéralisme, je crois que c’est plutôt de gauche. Parce que le libéralisme tel que je le conçois, c’est un libéralisme qui donne sa chance à chacun. » Et décrit son job comme une course pour répondre aux mails (« J’en ai 2000 par jour »)

En parallèle, une enquête rebrousse-poil du magazine Politis tend à dénoncer « le système Free » en référence à des pratiques abusives en termes de gestion RH dans les centres d’appels de l’opérateur télécoms, notamment lors du rachat d’Alice France.

politis-free

Dans la réponse qu’il apporte via Society, Xavier Niel apporte quelques éléments pour sa défense (notamment le fait que son groupe a fait le choix de conserver ses centres d’appel en interne).

« Les salariés dans les centres d’appels, ce sont les ouvriers du XXIe siècle. C’est un métier horrible (…) », considère Xavier Niel dans Society. « Est-ce que les centres d’appels de chez Free sont une activité qui me passionne ? Non », déclare-t-il avec un certain franc-parler.

Il admet que son groupe n’est pas « parfait » sans vraiment nier le fonds du dossier alimenté par Politis (du coup, le journal a effectué un suivi de son enquête sur son site Internet).

 

Bpifrance : le « monde fantastique » de Xavier Niel

A l’occasion de la deuxième convention Bpifrance Inno Generation qui s’est déroulée cette semaine à Paris, on a retrouvé Xavier Niel en qualité de speaker vedette sur scène (merci @Nervousjob pour la session Periscope). Le message reste simple mais efficace pour motiver les jeunes à se lancer dans une aventure start-up : « Voyez comme vous êtes dans un monde fantastique et prenez-du plaisir dans ce que vous faites. »

En coulisse, on retrouve de nouveau Xavier Niel, qui n’échappe pas à une courte session Periscope (merci @Widoobiz).

Les coups de projecteur de Xavier Niel vont se multiplier dans les prochains mois au regard de l’actualité associée à la prochaine ouverture de l’incubateur de la Halle Freyssinet prévu début 2017. Les Echos vient d’ailleurs de présenter la team de Roxanne Varza qui accueillera le millier de start-up attendues à terme sur place.

Last but nos least…Ce n’est plus un secret puis Xavier Niel a révélé via le compte Twitter officiel d’Iliad-Free qu’une deuxième biographie écrite par « deux excellents journalistes » le concernant serait sur le point de sortir en librairie.

En octobre 2012, un premier journaliste Gilles Sengès s’était essayé à un exercice de biographie non officielle (« Xavier Niel, l’homme Free »).

(Crédit photo illustration article : @bpifrance)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur