Xbox : attendez la version 3 !

Mobilité

Tant en Europe, qu’au Japon ou en Amérique, la Xbox ne s’est pas aussi bien vendue que l’escomptait Microsoft. Parallèlement, Seamus Blackley, l’un des concepteurs de la console, a annoncé son départ de la société. Ces revers ne devraient pour autant pas remettre en cause les projets de Xbox 2. Après tout, plusieurs produits Microsoft, aujourd’hui incontournables, n’ont-il pas trouvé le succès qu’à partir de la version 3 ?

La publication des résultats financiers du troisième trimestre fiscal de Microsoft a été l’occasion pour la firme de concéder quelques informations sur la Xbox. Alors que l’éditeur espérait vendre entre 4,5 et 6 millions de consoles dans le monde, “seulement” 3,5 à 4 millions de “boîtes X” auraient été achetées. “Les ventes en Europe et au Japon ont été moins importantes qu’espéré”, a reconnu John Connors, le responsable financier de Microsoft, sans donner plus de détails. Selon les analystes, seules 180 000 Xbox auraient trouvé acquéreur au Japon depuis son lancement en février. Sortie plus récemment, la Xbox ne s’est pas mieux vendu en Europe. Sa récente baisse de prix (voir édition du 18 avril 2002) est un aveu même de l’échec commercial du lancement. Même sur le continent nord américain, les ventes déçoivent. Après l’euphorie de la nouveauté, les ventes se sont ralenties depuis le début 2002. Des 1,5 millions d’unités commercialisées les six premières semaines de son existence, la Xbox n’aurait pas dépassé les 300 000 unités au cours du premier trimestre 2002. Globalement, Microsoft aurait manqué son objectif de 40 %.

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, la Xbox ne perd pas que des clients mais aussi l’un de ses “papas”. Le physicien Seamus Blackley a annoncé son départ de Microsoft pour se tourner vers d’autres opportunités pour le moment non précisées. Son départ n’a peut-être rien à voir avec les ventes décevantes de la console mais il a été annoncé peu de temps après l’annonce des résultats financiers. Pure coïncidence, probablement. Seamus Blackley avait travaillé dans le département jeux vidéo du studio hollywoodiens DreamWorks avant de rejoindre Microsoft.

Microsoft a les moyens d’attendre

La situation aurait-elle de quoi remettre en cause le projet d’une Xbox 2 ? Il est encore trop tôt pour s’en assurer. D’abord parce que malgré ces revers, la firme de Redmond maintient toujours l’objectif des 11 millions de Xbox distribuées d’ici juin 2003. Ensuite, Microsoft a pris l’habitude, et les moyens financiers, d’essuyer les plâtres des premières versions de ses produits phares. Windows n’a-t-il pas dû attendre la version 3.0 avant de s’imposer dans l’univers du PC (face au DOS, il est vrai, un autre produit maison) ? Et que dire de Windows CE, qui a du aussi attendre la 3ème mouture pour devenir réellement utilisable… C’est la persévérance et la puissance commerciale de la firme qui a permis d’en faire des produits incontournables (ou presque) aujourd’hui. La Xbox subira-t-elle le même parcours ? Dans ce cas, peut-être faut-il attendre l’arrivée de la Xbox 3 avant de casser sa tirelire…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur