Xgrid, la botte secrète de Mac OS X Server

Cloud

L’application de grille de calcul d’Apple permet de tirer parti au maximum de la puissance de calcul d’un réseau. Les applications scientifiques en seront les premières bénéficiaires mais d’autres domaines pourraient en profiter.

L’Arlésienne a fait son apparition ! Xgrid, dont le nom avait été évoqué à l’automne 2002 puis sur une liste de discussion d’Apple close à la fin 2003 (voir édition du 22 octobre 2003), est désormais téléchargeable sur le site d’Apple. Ce logiciel de mise en cluster est, selon le constructeur de Mac, “destiné principalement aux scientifiques qui disposent d’un éventail d’ordinateurs non utilisés afin d’exploiter au maximum leur potentiel de calcul collectif”. En fait, l’application permet de lier entre elles un nombre indéterminé de machines, de manière à ce qu’elles ne fassent qu’une seule machine dédiée à un seul calcul. Elle sera particulièrement appréciée sur des grappes (ou clusters) de Xserve (voir édition du 8 janvier 2004). Le logiciel propose un environnement d’exécution à distance et combine le traitement d’opérations sur des machines distribuées. Intérêt de l’offre de la firme : quand une machine n’effectue aucune tâche, elle peut se joindre à un réseau de calcul Xgrid. Le logiciel, qui n’est encore qu’au stade de la démonstration technologique, est essentiellement destiné aux calculs scientifiques. Mais d’autres applications sont envisageables, dans le domaine du graphisme ou du cinéma pour réaliser des rendus.

Mais pour qu’une application puisse tirer parti de Xgrid, elle doit utiliser son interface de programmation. Un niveau minimum en programmation est donc nécessaire. Les exemples du groupe de calcul avancé d’Apple (l’ACG, dirigé par Richard Crandall), centrés essentiellement sur les sciences biologiques, ne sont pas choisis par hasard. La plupart des scientifiques de la branche savent modifier à leur avantage les applications Unix qu’ils utilisent. Sur le site d’Apple, c’est l’application X-BLAST qui est mise en avant, transformée opportunément en porte-étendard de la technologie. Il faut dire que A/G BLAST s’avère déjà trois fois plus rapide sur Xserve G5 que sur le serveur IBM eServer x325. La version optimisée pour Xgrid, intitulée X-BLAST, devrait profiter de la mise en commun des ressources disponibles grâce à la solution de cluster d’Apple. Le constructeur de Mac a souligné que cette solution, si elle ne résolvait pas les questions logicielles et matérielles de mise en place de clusters ou de grilles de calcul, permet de faciliter l’utilisation de ressources, notamment par l’entremise de Rendezvous.

Deux questions en suspens

L’annonce de Xgrid répond au besoin d’utiliser chaque cycle de temps de calcul disponible dans de nombreux domaines professionnels. Le Xserve de la société fournit déjà un noeud de cluster poussant les utilisateurs à entasser la puissance de calcul (voir édition du 19 mars 2003). Xgrid, qui pourrait tirer sa philosophie de fonctionnement de Zilla, une application disponible sur OpenStep depuis plus de dix ans, s’intéresse à l’utilisation concrète de cette puissance de calcul. Reste deux questions en suspens concernant Xgrid : la complexité d’adaptation des logiciels qui souhaitent en tirer parti d’une part, et d’autre part le temps de réponse des stations de travail et des ordinateurs dont les cycles inutilisés seront mis à contribution. Deux points qui devront être suivis de près par l’équipe de Richard Crandall, l’inventeur des grilles de calcul (voir édition du 22 octobre 2003), pour que cette application devienne une pièce maîtresse des serveurs d’Apple.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur