Xiaomi : après les smartphones, une tablette low cost

MobilitéTablettes
xiaomi-mi-pad-tablette

Sacrée troisième constructeur mondial de smartphones, la société chinoise Xiaomi pourrait maintenant s’attaquer au marché des tablettes d’entrée de gamme.

Xiaomi est surtout connu pour ses smartphones qui se distinguent par leur interface MIUI – un fork d’Android – et des lignes inspirées de celles des iPhone. Mais le constructeur chinois est aussi présent dans le secteur des tablettes avec la Mi Pad, commercialisée depuis le 1er juillet 2014.

Il pourrait prochainement étoffer son catalogue avec une seconde tablette dont certaines des caractéristiques ont été repérées via le benchmark GFXBench.

On découvre ainsi une tablette avec écran de 9,2 pouces affichant 1280 par 720 pixels, soit une chiche résolution de 160 ppp (pixels par pouce). Changement de cap donc – si les caractéristiques se confirment – pour Xiaomi, qui avait opté pour un écran beaucoup mieux défini avec sa tablette Mi Pad (écran de 7,9 pouces affichant 2048 par 1536 pixels, soit 324 ppp). On note au passage également le changement de facteur de forme, puisqu’à l’image de l’iPad Mini 2, l’écran du Mi Pad était un 4:3, contre 16:9 pour ce nouveau modèle.

Un choix qui positionne d’emblée cette tablette comme un produit d’entrée de gamme. On peut même parler de low cost, puisqu’elle ne dispose pas d’APN. Avec cette tablette, Xiaomi ambitionne plus probablement de lancer un produit d’appel avec connectivité cellulaire (3G ou 4G), puisqu’un emplacement pour carte SIM est indiqué.

Côté processeur, alors que la Mi Pad est animée par un SoC Tegra K1 de Nvidia (4 (+1) coeurs cadencés jusqu’à 2,2 GHz ; GPU Kepler à 192 coeurs Cuda), cette nouvelle tablette serait animée par le Snapdragon 410, la première puce avec processeur compatible 64 bits lancée par Qualcomm.

Le S 410 embarque 4 coeurs à architecture Cortex-A53 (l’architecture qui succède au 32 bits Cortex-A7) cadencés jusqu’à 1,2 GHz. Il est en mesure de s’interfacer, via un bus 64 bits, avec de la mémoire LPDDR2 et LPDDR3. Dans ce SoC, on trouve également un processeur graphique Adreno 306 proche de l’Adreno 305 des SoC Snapdragon 400. Il est épaulé ici par 1 Go de mémoire vive (contre 2 Go pour la Mi Pad).

Xiaomi a connu une ascension fulgurante depuis sa création il y a 4 ans. Le constructeur est désormais troisième mondial (mais 4ème si on prend en compte Lenovo plus Motorola Mobility) sur les smartphones avec 5,6% de parts de marché (données Strategy Analytics). Il se positionne entre Apple (12,3%) et le Sud-Coréen LG (quatrième avec 5,2% de parts de marché).

Mais Xiaomi est aussi capable d’adopter une politique tarifaire ultra-agressive pour se positionner dans d’autres secteurs. Celui des set-top box par exemple avec la Xiaomi Mi Box Pro, un produit à 52 euros (399 yuans) supportant la 4K et disposant d’une connectivité Wi-Fi ac. Même constat pour les routeurs, secteur dans lequel Xiaomi tente de percer avec le Xiaomi Mi Wi-Fi Mini (compatible Wi-Fi ac) affichant un tarif de 129 yuans (environ 17 euros). Il devrait en être de même avec cette nouvelle tablette.

Crédit Photo MiPad @Xiaomi


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur