XLR Capital veut accompagner les start-up jusqu’au seuil de la rentabilité

EntrepriseLevées de fondsStart-up
xlr-capital-ok-format-reduit

Didier Soucheyre s’associe à deux anciens collaborateurs de Neo Telecoms pour monter XLR Capital, un accélérateur rigoureux dans le choix des projets start-up à soutenir.

Didier Soucheyre revient dans le radar IT.

Après avoir co-fondé Neo Telecoms en 2003 puis cédé l’opérateur d’infrastructures très haut débit au groupe télécoms américain Zayo en 2014, l’entrepreneur revêt cette fois-ci sa casquette d’investisseurs.

Associé à Patrick Chekib et Arnaud Laurent (canal Neo Telecoms également), il vient de créer l’accélérateur XLR Capital.

“J’avais déjà investi dans 5 ou 6 start-up auparavant à travers une holding. XLR Capital devient le cœur de mon activité”, précise Didier Soucheyre, joint par téléphone lundi après-midi.

Sous cet angle, il compte aider les start-up prometteuses dans les univers télécoms – software – applis mobiles en phase de développement précoce mais au-delà du stade de l’amorçage.

Profils visés de start-up : d’origine française pour démarrer, exploitant une technologie innovante, un modèle économique établi.

En fait, XLR Capital souhaite faciliter la phase de croissance de la start-up entre le lancement de son produit et le seuil de la rentabilité.

Période cruciale pour assurer l’envol pouvant aboutir à la pérénité d’une entreprise innovante

“Nous allons travailler sur une sélection réduite de projets : comptez entre 5 et 8 entreprises que nous allons accompagner en simultané de manière opérationnelle”, précise Didier Soucheyre. “On investit dedans et on les aide à transformer l’essai pour la croissance et atteindre l’autonomie.”

XLR Capital va investir en moyenne 200 000 euros dans les start-up qui seront suivies pendant 18 mois au minimum (conseil, développement international, networking, marketing…).

En revanche, la dimension hébergement des équipes start-up n’est pas prise en compte mais des contacts avec des structures d’incubation locales entre Paris et Montpellier devraient faciliter les démarches.

Deux start-up ont déjà intégré le portefeuille : Onoff, la start-up de Taïg Khris, qui exploite un concept de cloud number pour smartphones, et Pydio, une box d’entreprise présentée comme une alternative open source à Dropbox et Box.com (voir Silicon.fr).

L’accélérateur a injecté 200 000 euros dans chacune des start-up. Sachant q’un premier véhicule d’investissement de deux millions d’euros est déjà constitué.

Le site Web de XLR Capital est ouvert pour prendre contact avec l’équipe d’investisseurs et déposer les dossiers de candidatures.

xlr-capital
L’équipe fondatrice de XLR Capital : Patrick Chekib, Didier Soucheyre & Arnaud Laurent

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur