XML : deux nouveaux outils

Cloud
Information - news

Le W3C vient de rendre publiques les caractéristiques de deux nouveaux outils pour le langage XML. Le premier permettra de convertir les documents XML d’une application à une autre, tandis que l’autre guidera la mise en forme du contenu des documents XML.

La normalisation du XML est en marche. Le World Wide Web Consortium (W3C) a publié, mercredi 17 novembre, deux nouveaux outils qui confortent le langage de description de document qui doit succéder au HTML.

Comme son ancêtre HTML, le XML dispose de feuilles de styles. Baptisée XSL (language extensible de feuilles de styles), la norme XSL comporte deux parties. On connaissait le vocabulaire XLS, le W3C vient de rendre public le XSLT (T pour transformations), un ensemble de règles qui permettront de reformatter des documents XML créés pour une application vers un autre format XML. Par exemple, des pages destinées à des chercheurs en médecine pourront être adaptées aux besoins des chercheurs en biochimie, chacun utilisant son propre style.

Le langage utilisé par XSLT peut même être utilisé en dehors des feuilles XSL, même si, précise le W3C, ce n’est pas sa destination première. Plus que tous les autres, cet outil caractérise la logique du XML : séparer la présentation du document de son contenu.

Deuxième outil rendu public par l’organisme de Genève, Xpath servira à manipuler les parties internes des documents XML, un peu comme le font les ancres du HMTL (qui rajoutent un dièse dans l’URL). XPath pourra être utilisé par XSLT et par l’outil XPointer. Il saura faire des recherches sur des nombres, des chaînes de caractères, et utiliser la logique booléenne. Il utilise sa propre syntaxe, indépendante du XML. Grâce à lui, chaque partie d’un document XMl pourra avoir sa propre URL, laquelle aura un sens, une “signification humaine”. Les recherches dans les moteurs, et le travail sur les longs documents seront plus simples et plus efficaces.

Enfin, ces deux document publiés par le W3C ne sont pas des brouillons de travail, mais bel et bien des documents définitifs, considérés comme stables, et sur lesquels les développeurs peuvent d’ores et déjà travailler. Ils sont consultables sur le site du W3C.

Pour en savoir plus : le site du W3C


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur