XML Link et XML Base recommandés par le W3C

Mobilité

Le W3C vient de reconnaître officiellement les langages XML Link et XML Base. Deux langages qui devraient à l’avenir jouer un rôle prépondérant dans la mise en oeuvre des hyperliens en XML.

Candidat à la normalisation depuis un an (voir édition du 7 juillet 2000), le langage XML Link vient d’être élevé au rang de recommandation par le W3C. Xlink autorise l’insertion d’éléments dans des documents XML de manière à créer et à décrire des liens entre des ressources. “Xlink est une brique du langage XML, tout comme XSL qui permet d’afficher les pages ou XQL de les interroger en sont une à leur manière”, déclare Philippe Oziard, consultant en langages informatiques. Et de préciser : “Si XML est un métalangage, c’est-à-dire un langage servant à construire un autre langage, Xlink va servir en fait de lien entre des documents XML.” Il sera alors possible de relier des documents entre eux avec une plus grande précision que les liens HTML actuels.

Autre langage à avoir reçu l’aval du W3C, XML Base définit le mécanisme de base pour les références depuis un document XML. Il permet de spécifier une adresse URI (Uniform Resource Identifier) de base, permettant selon le W3C “l’utilisation d’un adressage relatif pour pointer sur des images externes, des applets, des feuilles de style et autres ressources, sans pour autant compromettre la portabilité des documents”.

Un label de qualité et d’interopérabilité

“Le statut de recommandation du W3C indique que la spécification est stable et qu’elle contribue à l’interopérabilité du Web”, explique l’organisme de recommandation. Le W3C préconise son adoption par tous les acteurs de l’industrie, de l’enseignement supérieur et de la recherche.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur