XPress 6 arriverait enfin en mars

Mobilité

Pression du Web, pression des médias, pression de ses clients, pression de la concurrence, pressions internes et pression d’Apple ! Quark n’a pas fini de souffrir. L’éditeur du logiciel de PAO le plus attendu sur Mac OS  ;X s’est tenu à un mutisme obstiné depuis de longs mois sur sa stratégie de migration vers le nouveau système d’exploitation de la firme à la Pomme. Mais l’attente pourrait s’arrêter en mars 2003?

“Il pourrait arriver à partir de mars. Mais c’est la qualité et non l’agenda qui dictera son apparition et cela pourrait signifier (un report) à l’été”, a indiqué à propos d’Xpress Jürgen Kurtz, le directeur de la gestion des produits de Quark, à nos confrères de MacUser. Xpress est attendu comme le messie sur Mac OS  ;X et fait l’objet d’une controverse quant à son soutien à la stratégie de migration d’Apple (voir édition du 28 janvier 2002). “Vous savez, Xpress est une application destinée à des missions critiques. Il doit pouvoir fonctionner avec beaucoup d’autres technologies du bureau à la presse d’impression. Il nous faut le rendre parfait. Il doit être fonctionnel et fiable. Il ne s’agit pas de CorelDraw !”Après cette pique, Jürgen Kurtz a précisé les nouveautés de cette nouvelle version qui doit pleinement tirer parti des avantages de Mac OS  ;X. Elle doit inclure Postscript 3, l’XML cross-media et un certain nombre de nouveautés destinées à donner du fil à retordre à la concurrence d’Xpress. Un travail titanesque pour Quark qui doit aussi s’assurer du fonctionnement des Xtensions, ces modules logiciels qui ajoutent des fonctions à Xpress et qui se comptent par centaines. La plupart des entreprises fonctionnant avec cette solution ont bien mis en avant que leur passage à Mac OS  ;X était conditionné par la possibilité de porter leur environnement complet de production d’un seul tenant. Les critiques fusent de toutes partsIl faut dire que les professionnels des arts graphiques ne sont pas à prendre par-dessus la jambe : lorsque Quark sortit sa version 4 de Xpress (voir édition du 10 décembre 1998), l’éditeur s’était fait incendier aussi bien par la presse que par ses utilisateurs pour l’inconsistance de son logiciel, livré à l’heure mais largement incomplet ! De sorte qu’il adopte une stratégie de communication défensive dès qu’il s’agit de son logiciel de PAO, observant un mutisme similaire à celui d’Apple sur ses propres produits. Reste qu’il faut bien percevoir la pression énorme qui pèse sur les épaules de Quark : sur le Web, les commentaires acerbes d’une partie de sa base installée de clients, mais aussi de commentateurs, ne manquent pas de pointer du doigt le retard dans la migration vers Mac OS  ;X. Certains clients, haussant le ton sur des forums de sites spécialisés, voire de sites Mac généralistes, ont menacé de passer avec armes et bagages à un logiciel concurrent de celui de Quark, InDesign d’Adobe.L’éditeur de Photoshop profite en effet de l’absence de portage d’Xpress sous Mac OS  ;X pour avancer ses pions sur ce marché (voir édition du 24 septembre 2001). Mais le logiciel fait lui aussi l’objet de critiques de la part des professionnels, même si nombre d’entre eux admirent ses qualités d’intégration dans l’environnement applicatif d’Adobe. “Nous entendons souvent des gens se plaindre qu’ils ne peuvent pas utiliser Adobe InDesign quand un document fait plus de 20 pages”, a ainsi rappelé le représentant de Quark. Décidément, on n’est pas à court d’arguments piquants chez Quark pour faire patienter les utilisateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur