Yahoo démontre les limites de l’open source

Cloud
Information - news

Yahoo n’éditera pas son code logiciel sous licence open source, affirme un
développeur chez Yahoo.

Yahoo n’envisage pas d’éditer tout son code logiciel en licence open source, affirme dans son blog le développeur Jeremy Zawodny. Le développeur estime, en effet, que ce type de licence est peu pratique et ne présente que des avantages limités. “Être ouvert à l’open source suppose de contribuer à cet effort uniquement lorsque cela a du sens, à savoir lorsque cela permet à nos employés de faire partie intégrante du monde de l’open source et lorsque cela contribue à évangéliser les avantages des logiciels open source“, écrit Jeremy Zawodny.

La plupart des codes développés en interne sont spécialement conçus pour un moteur de recherche qui gère des millions de pages chaque jour, explique-t-il. Cela suppose de développer des codes qui soient étroitement interconnectés et d’inclure des références aux secrets commerciaux qui ne seront pas publiés sous licence open source. “Certaines parties du code font appel à des fonctions qui relèvent de la magie du vaudou, mais dont on ne peut réellement dire la fonction ni le mode de fonctionnement. C’est ce que l’on appelle notre “sauce secrète” ou notre “logique commerciale” si vous préférez. Une bonne partie est tenue au secret pour des raisons on ne peut plus légitimes.

Jeremy Zawodny est l’un des développeurs de la base de données open source MySQL et travaille pour le groupe technique attaché à la plate-forme Yahoo. Il est l’un des blogueurs les plus connus du moteur de recherche. Sa note fait suite à une critique faite par le vice-président du développement commercial d’Alfrasco, Matt Asay, également développeur d’un système de gestion de contenu open source. Ce dernier accusait Yahoo et Google d’être peu ouverts à l’open source, et ce parce qu’ils refusent d’ouvrir le code source de toutes les applications qu’ils développent en interne. Ceci est en partie le résultat du manque de modularité de leurs logiciels, modularité qui permet à plusieurs développeurs de travailler plus facilement sur une seule et même application.

Il est décevant de constater que de si grands utilisateurs de l’open source aient conçu leur propre architecture de telle sorte que leur récupération est impossible ou problématique“, conclut Matt Asay. Jeremy Zawodny rejette la théorie selon laquelle la modularité affecte les performances.

Tout en reconnaissant un bienfait à la possibilité de recevoir des correctifs, il estime que le portail Internet n’a pas grand chose à gagner auprès de développeurs externes qui ajouteraient des fonctionnalités aux services Yahoo existants. “On nous reprocherait ensuite notre lenteur d’intégration. Il est difficile d’introduire de nouvelles fonctions à un produit utilisé par des dizaines de millions de personnes.

Yahoo contribue à un certain nombre d’applications open source telles que Linux, FreeBSD, Perl et MySQL. La société publie également une série d’interfaces de programmation d’applications (API) permettant aux développeurs de créer des applications capables d’interagir avec les services Yahoo, leur offrant ainsi la possibilité d’ajouter des fonctions de recherche à leurs applications ou de développer des plug-ins pour le logiciel Messenger.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 4 août 2006


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur