Yahoo-Microsoft : le duo devra faire ses preuves pour secouer Google

Mobilité

Selon Ovum, Microsoft est gagnant face à Yahoo. Et Google peut se montrer “un peu inquiet”.

Si les modalités de l’accord Yahoo-Microsoft sont alambiquées, l’objectif est clair : bousculer Google.

Les deux nouveaux partenaires veulent redistribuer les cartes pour limiter l’influence “d’une compagnie qui détient 70% de part de marché dans la recherche en ligne”.

Selon le cabinet de conseils et de consulting IT Ovum, “Microsoft peut être content et Google peut se montrer un peu inquiet.” Tandis que Yahoo est considéré comme le principal perdant.

Peut-on parler pour autant d’un pacte avec le diable ? Le groupe Internet de Carol Bartz, qui affiche son intention de développer sa posture de “média”, compte dégager une marge opérationnelle de 500 millions de dollars avec le deal de Microsoft et des économies de 200 millions de dollars.

Mais le duo formé doit encore prouver son efficacité. Selon Mike Davis, analyste senior chez Ovum , Bing.com n’est pas un “Google Killer”. Sur le front technologique “pur moteur”, la pertinence des résultats du nouveau moteur de Microsoft “favorisant les prises de décisions” doit encore être approfondie face aux algorithmes de Google.

Et, côté search marketing, il est difficile de comparer l’efficacité de la plate-forme AdCenter de Microsoft (même associée à l’outil similaire chez Yahoo) face à la mécanique huilée des programmes Google Adwords et AdSense.

Sur le volet du business, les chiffres d’affaires cumulés des activités “search” de Microsoft et Yahoo laissent encore de la marge au leader Google.

Néanmoins, la bataille Yahoo-Microsoft vs Google ne fait que commencer et l’alliance sera opérationnelle “début 2010” dans le meilleur des cas si les autorités de régulation des deux côtés de l’Atlantique donnent leur feu vert.

Toujours selon Ovum, les premiers champs de bataille se situeront aux Etats-Unis et en Europe. Le continent asiatique sera au centre des convoitise mais des portails régionaux comme Baidu en Chine ou Naver en Corée du Sud auront leur mot à dire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur