Yahoo piraté : les sanctions tombent dans le top management

JuridiqueRégulationsSécurité
yahoo-piratage-enquete

Au terme de l’enquête interne que Yahoo mène sur les piratages dont il a été victime, le directeur juridique fait ses valises… et la CEO, une croix sur ses bonus.

Ronald Bell aura passé plus de dix-sept ans chez Yahoo.

Arrivé à l’été 1999 au sein de la société Internet pionnière, l’intéressé avait gravi les échelons jusqu’à devenir, en 2012, directeur juridique et secrétaire général.

Il n’occupe plus ce poste depuis le 1er mars 2017, date officielle de son départ… sans indemnités.

Cette annonce coïncide avec la fin de l’enquête qu’un comité indépendant monté en interne a menée, ces derniers mois, sur les piratages massifs dont Yahoo s’est déclaré victime.

Un bilan est dressé dans le rapport annuel – formulaire 10-K – communiqué à la SEC, autorité américaine de régulation des marchés financiers.

À qui la faute ?

L’accent est mis sur le hack dévoilé le 22 septembre dernier.

Survenue fin 2014, l’attaque a entraîné un accès non autorisé à des informations associées à plus d’un demi-milliard de comptes d’utilisateurs.

Il aura fallu deux ans à Yahoo pour en rendre compte… alors même que son équipe sécurité a « très rapidement été au courant », selon les conclusions de l’enquête.

L’équipe juridique avait, à l’époque, été avertie. Elle n’avait cependant pas, malgré les renseignements dont elle disposait, ordonné d’investigation plus en profondeur.

Déplorant des « soucis de communication, de management et de reporting [qui] ont contribué à une mauvaise gestion de l’incident », Yahoo n’attribue pas explicitement la faute à Ron Bell. Mais c’est tout comme.

Pas de bonus pour la Mayer

Le board a, en parallèle, pris la décision de ne pas verser de prime annuelle à Marissa Mayer. Affirmant n’avoir été mise au courant du hack en question qu’au mois de septembre 2016, la dirigeante a par ailleurs demandé que son attribution annuelle en actions soit redistribuée aux employés.

En pages 45 et 46 du 10-K, on en apprend un peu plus sur la technique de « cookie forging » que Yahoo avait évoquée pour la première fois dans son rapport trimestriel d’activité remis en novembre à la SEC.

Le groupe Internet estime que le hack de 2014 est le fruit d’une « agent piloté par un État ». Ledit agent a, par la suite, créé des cookies qui lui ont permis d’accéder de manière récurrente à certaines données sans mot de passe. Un premier bilan officiel est établi : environ 32 millions de comptes seraient concernés sur la période 2015-2016.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur