Yahoo revoit sa configuration corporate : pour mieux se vendre ?

BourseEntreprise
yahoo-corporate-reorganisation
3 1

Yahoo révise son projet initial de spin-off pour ses parts dans Alibaba. Le groupe de Marissa Mayer veut donner « une image transparente » de son business.

Après de multiples tergiversations, Yahoo aurait trouvé son chemin.

Le groupe Internet de Marissa Mayer renonce à son projet de spin-off intégrant ses parts dans Alibaba Group Holding.

Les 15% du capital du groupe e-commerce chinois détenus sont valorisés 30 milliards de dollars.

En début d’année, Yahoo voulait placer ce trésor dans un véhicule spécial (Aabaco) dans le cadre d’un montage d’optimisation fiscale mais il a reculé par crainte de représailles de l’IRS (le fisc américain).

Cette participation de Yahoo dans Alibaba fera quand même l’objet d’une attention particulière.

Mais, parallèlement, une nouvelle entité va être créer pour regrouper les activités Internet de Yahoo et sa participation dans Yahoo Japan (35% qui représente une valorisation de plus de 7 milliards de dollars).

La nouvelle manœuvre – dite de « reverse spin-off » – doit encore être approuvée par toutes les parties prenantes, surtout les autorités de régulation et les actionnaires.

Cette combinaison, qui devrait aboutir à la création deux sociétés cotées distinctes, est censée donner aux investisseurs « une image plus transparente du business de Yahoo ».

Est-ce un choix judicieux ? Selon Reuters, la valeur de Yahoo, qui pèse 35 milliards de dollars en Bourse, repose justement sur ces deux participations stratégiques : les 15% dans Alibaba et les 35% dans Yahoo Japan.

Les spéculations autour de Yahoo vont-elles s’apaiser avec ce cap financier fixé ? Pas évident.

Le départ de la CEO Marissa Mayer est régulièrement évoquée. Tandis le fonds activiste Starboard Value, actionnaire du groupe Internet, pousse à la vente de ses services principaux. Comme si le démantèlement ou une reprise constituaient la meilleure option.

Des groupes comme Verizon, Disney, IAC ou News Corp pourraient se montrer intéressés pour acquérir tout ou partie de la firme Internet pionnière de Sunnyvale.

Selon le cabinet d’analyses financières Jefferies, les activités de recherche et de publicité de Yahoo valent au maximum trois milliards de dollars.

Pour comparer avec un profil de société similaire, l’opérateur télécoms Verizon avait acquis en juin AOL (un autre groupe Internet pionnier présent à la fois dans les contenus et les services publicitaires) pour 4,4 milliards de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur