Yatedo lève des fonds : cap sur le prédictif pour le recrutement

EntrepriseGestion des talentsLevées de fondsManagementRessources humainesStart-up
yatedo-levee-fonds
0 0

Deux millions d’euros pour Yatedo, qui mise sur les technologies prédictives pour développer son moteur de recherche de personnes sous l’angle du recrutement.

Stéphane Furet n’a pas oublié Yatedo.

Le fondateur et directeur général de Dorval Asset Management (gestion de portefeuilles d’actions) avait participé, en 2012, à la levée d’amorçage* de cette start-up parisienne à l’origine d’un moteur de recherche de personnes qui « permet de trouver et contacter n’importe qui sur le Web ».

Il remet au pot à titre individuel dans le cadre d’un tour de financement de 2 millions d’euros qu’accompagne l’une de ses associées. En l’occurrence, Corinne Amar, directrice de la gestion de fortune chez Dorval Asset Management depuis l’an dernier.

Yatedo entend exploiter cette enveloppe pour monter dans les technologies prédictives appliquées au recrutement.

Cet aspect RH n’était pas présent au début de l’aventure, en 2009. La start-up n’existait pas encore à l’époque (son immatriculation remonte à mars 2011), mais Amyne Berrada et Saad Zniber planchaient déjà sur le projet.

Alors en master d’informatique à l’Epitech, les deux associés n’en étaient pas à leur première initiative entrepreneuriale. Ils avaient, quatre ans auparavant, fondé la société OneShot’com, dédiée à la vie étudiante dans l’agglomération de Toulouse.

Une (e-)réputation à gérer

Le duo se consacre désormais pleinement à Yatedo, dont l’objectif premier est « de vous vous aider à construire et à protéger votre identité numérique et votre vie privée en vous offrant une vision globale de votre réputation en ligne ».

Les 800 millions de profils que la société dit avoir indexés sont présentés sous forme de « cartes d’identité numériques » que consulteraient chaque mois 7 millions de visiteurs uniques.

Le fonctionnement du service fait l’objet d’une précision qui figure aussi bien dans la foire aux questions que dans la politique de confidentialité : « En tant que moteur de recherche, Yatedo ne fait que reproduire les informations que vous avez rendues publiques ».

Plutôt deux fois qu’une : Yatedo préfère jouer la transparence après avoir écopé, à ses débuts, d’un avertissement public de la CNIL consécutif à plusieurs mises en demeure restées sans réponse (sinon une lettre jugée « absolument insatisfaisante »).

La commission s’était penchée sur le cas Yatedo après avoir reçu plusieurs dizaines de plaintes. Dès septembre 2010, on avait vu émerger un site qui, pendant quelques semaines, avait régulièrement appelé à la fermeture du moteur de recherche, pour plusieurs motifs dont une infraction au copyright avec la publication d’informations censées être privées.

De l’IA pour les RH

Depuis lors, l’offre s’est professionnalisée avec les recruteurs en ligne de mire. Le lancement, en 2013, de Yatedo Talent, en a témoigné. Il s’est assorti de Yatedo Business, axé sur la prospection commerciale à travers l’identification des décideurs.

L’année 2016 aura marqué l’intégration d’un module de « recrutement prédictif » capable de « retrouver des compétences qui ne sont pas dans le CV ». Ce chantier orienté intelligence artificielle se poursuivra en 2017, avec des recrutements prévus sur l’activité R&D.

Les offres à destination des particuliers restent d’actualité. D’un côté, Yatedo Premium, qui propose la recherche illimitée sur des résultats actualisé, une brique CRM et une mise en relation directe avec les contacts (10 messages par mois). De l’autre, Yatedo Me, pour créer une page d’accueil personnalisée – à l’instar d’un about.me – et y regrouper ses comptes de réseaux sociaux.

Par défaut, tout individu qui a laissé des traces sur le Web est susceptible d’avoir un profil Yatedo. Il lui est possible d’en prendre le contrôle pour ajouter ou supprimer des informations (moyennant inscription) ou bien d’en demander le déréférencement (pas besoin d’ouvrir de compte, mais il faut fournir une pièce d’identité).

* Une augmentation de capital à laquelle avaient aussi contribué, entre autres, Grégoire Lassalle et Jean-Michel Texier, qui étaient, à l’époque, respectivement P-DG et CTO d’Allociné.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur